Le sous-commissaire de la Police provinciale de l’Ontario, Brad Blair

Nomination d'un ami de Doug Ford: un haut gradé de la police de l'Ontario congédié après sa critique

TORONTO - Un sous-commissaire de la Police provinciale de l’Ontario (OPP) qui avait exprimé ses inquiétudes au sujet de la nomination d’un ami du premier ministre à la tête du corps policier a été limogé, lundi, mais la ministre des Services correctionnels a insisté sur le fait qu’il n’y avait eu aucune ingérence politique.

Brad Blair avait demandé aux tribunaux de forcer l’ombudsman provincial à enquêter sur l’embauche de Ron Taverner, un ami de longue date du premier ministre Doug Ford, au poste de commissaire de la Police provinciale. M. Blair a aussi menacé de poursuivre Doug Ford, alléguant que le premier ministre avait porté atteinte à sa réputation lorsqu’il l’a accusé d’avoir enfreint la Loi sur les services de police en dénonçant l’embauche de M. Taverner.

La ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels, Sylvia Jones, a déclaré lundi à l’Assemblée législative que la décision de congédier M. Blair venait de la fonction publique.

Le sous-ministre Mario Di Tommaso a écrit dans une note, vendredi, qu’il a recommandé le congédiement à la Commission de la fonction publique, car M. Blair avait contrevenu à «ses responsabilités légales et éthiques en tant que sous-commissaire et haut fonctionnaire».

La veille, le président de l’Association des policiers provinciaux de l’Ontario avait écrit au sous-ministre Di Tommaso pour lui faire part de sa préoccupation devant le fait que les documents déposés en cour par M. Blair, notamment des documents internes de la Police provinciale, ont eu des conséquences néfastes sur ses membres, entre autres un agent assurant la protection du premier ministre Ford.

M. Di Tommaso est également un ancien patron de M. Taverner et il faisait partie du comité de sélection, composé de trois personnes, qui a choisi le nouveau commissaire de la Police provinciale.

La ministre Jones a rejeté les allégations selon lesquelles l’implication de M. Di Tommaso dans le licenciement de M. Blair était inappropriée, affirmant qu’il était responsable de la division de la sécurité publique au ministère.

«Il est tout à fait logique qu’il participe aux embauches dans l’OPP, ainsi qu’aux décisions et à la supervision de l’OPP», a-t-elle soutenu.

La députée libérale Nathalie Des Rosiers a demandé au président du comité de la justice de l’Assemblée législative de faire comparaître M. Di Tommaso.

La nomination de M. Taverner a été retardée jusqu’à ce que le commissaire à l’intégrité termine son enquête.