Mort suspecte d'une octogénaire à Gatineau

Un individu « agité » a été arrêté par le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), mercredi midi, en lien avec la découverte du corps d'une dame de 83 ans dans une résidence du boulevard de la Cité-des-Jeunes.
De nombreux policiers ont été déployés sur le terrain du 171, de la Cité-des-Jeunes, à l'angle du boulevard Saint-Raymond. Les forces de l'ordre s'y sont présentées à la suite d'un appel logé au 9-1-1 vers midi, signalant la présence d'un « homme agité au comportement louche ».
Les policiers ont retrouvé l'individu suspect à l'arrière de la résidence, ont indiqué les autorités. « En effectuant des vérifications, les policiers ont fait la découverte d'un corps inanimé à cette adresse. Le SPVG considère cette mort suspecte. L'homme agité a été arrêté. »
Les policiers n'ont pas précisé s'il s'agissait d'un homicide, ni si des traces de violence ont été observées sur le corps. 
Le SPVG a toutefois précisé que l'homme arrêté, d'âge adulte, est considéré comme un suspect et qu'il allait être rencontré « en temps et lieu » par les enquêteurs.
Les autorités n'a pas non plus voulu dévoiler de détails quant au sexe ou à l'âge de la personne retrouvée sans vie.
Des proches présents sur les lieux ont indiqué au Droit qu'il s'agit de Thérèse Gauvreau Allen, 83 ans, qui demeurait seule dans sa résidence. 
Deux femmes habitent des logements au sous-sol.
Selon un témoin rencontré sur place, la dame a été vue bien en vie, en train de pelleter, entre 9 h 30 et 10 h.
Pavage Gauvreau
Mme Gauvreau Allen avait perdu il y a deux ans son mari Hector, fondateur de l'entreprise Pavage Gauvreau, bien connue dans l'Outaouais. 
C'est maintenant l'un de leurs fils qui gère l'entreprise. Ce dernier a été aperçu répétant « quelqu'un a tué ma mère », en se jetant en pleurs dans les bras de ses proches.
Les policiers n'ont pas précisé s'il s'agissait d'un homicide et se contentent, pour l'instant, de qualifier le décès de « mort suspecte ».
Une voisine qui connaissait bien Mme Gauvreau a affirmé qu'elle lui rappelait souvent d'être prudente puisqu'elle demeurait seule depuis le décès de son mari.
« On lui disait tout le temps : 'prenez jamais le même chemin' », a raconté cette voisine, visiblement chamboulée, les larmes aux yeux. Il s'agissait selon elle d'une dame encore active malgré son âge. « C'était une boute-en-train », a-t-elle mentionné.
Au moins neuf voitures de police se trouvaient sur place, mercredi midi, de même qu'une ambulance. Deux policiers ont également été vus en bordure d'une zone boisée du boulevard Saint-Raymond.
L'ambulance a quitté les lieux à 13 h 09, sans sirène ni gyrophare, vraisemblablement sans aucun patient à bord.
Les techniciens en identité judiciaire se sont présentés sur place vers 15 h.