Amanda Trottier et Travis Votour.

Meurtre du couple Votour-Trottier : un accusé admet un des deux homicides

Pointé du doigt comme étant le commanditaire du meurtre prémédité du couple Travis Votour et d'Amanda Trottier, dans le secteur Aylmer, en janvier 2014, Ronald Jr Brazeau a plaidé coupable à un chef réduit d'homicide involontaire, lundi, au palais de justice de Gatineau.
Dans la même journée, la Couronne a retiré le chef de meurtre prémédité de Mme Trottier pour le remplacer par un chef d'homicide involontaire. M. Brazeau a maintenu son plaidoyer de non-culpabilité et ira à procès cet automne.
Certains éléments de l'histoire sont marqués d'une ordonnance de non-publication.
Les exécutants présumés, Sonia Vilon et son conjoint René Samson Von-Richter, sont toujours en attente de procès pour double meurtre prémédité.
Ce procès doit se dérouler devant jury.
Entente
Les procureurs de la Couronne et les avocats de Ronald Brazeau se sont récemment entendus pour que ce dernier plaide coupable au chef d'homicide involontaire de Travis Votour.
Ronald Junior Brazeau a plaidé coupable à un chef d'homicide involontaire après la mort de Travis Votour, mais clame son innocence pour ce qui est du décès d'Amanda Trottier.
Les représentations sur la peine auront lieu plus tard cette année.
Selon les faits reconnus par les deux parties, Ronald Brazeau, un trafiquant indépendant, en voulait à Travis Votour, qui avait commis un vol dans son point de vente de stupéfiants de la rue Pearson, à Gatineau.
Après infiltration et enquête de la Sûreté du Québec et de la police de Gatineau, les deux présumés exécutants, puis M. Brazeau, ont été arrêtées en l'espace de trois jours.
Le 6 mai 2015, Ronald Brazeau a nié avoir commandité le meurtre du jeune couple.
Aux autorités, « June » Brazeau a dit : « J'ai jamais dit à personne de tuer personne ».
Ronald Jr Brazeau a avoué qu'il s'était bien entendu avec René Samson pour qu'il aille « donner une drette » à Travis Votour dès que celui-ci sortirait à l'extérieur pour promener son chien.
Travis Votour et sa conjointe, Amanda Trottier, ont été retrouvés dans des mares de sang, le 6 janvier 2014, peu avant 13h.
Selon l'autopsie du docteur Yann Dazé, Travis Votour a été atteint d'une balle à la tête et d'une autre au thorax, dans sa résidence du 158, rue de la Terrasse Eardley, secteur Aylmer.
À l'étage supérieur, l'enfant du couple, âgé de trois ans, était indemne.
L'enquête a semblé piétiner pendant des mois. En secret, le trio Vilon-Von Richter-Brazeau a été mis sous écoute et pris en filature par la police.
Une confession de Mme Vilon à un agent double a permis de faire avancer considérablement l'enquête.
Un document de la cour révèle aussi que « June » Brazeau était « préoccupé » par l'enquête policière menée sur les meurtres non résolus du couple entre mars et mai 2015, soit dans les semaines précédant son arrestation.
Les registres téléphoniques montrent que M. Samson-Von Richter a téléphoné à M. Brazeau à une dizaine de reprises, le jour et le lendemain des meurtres.
M. Brazeau est aussi accusé de trafic de stupéfiants, mais ce dossier ne constitue pas la priorité du tribunal, pour l'instant.
«Amanda n'avait rien à voir avec ça»
Ronald Junior Brazeau « n'avait rien contre Amanda », une jeune femme exécutée dans le cadre de son plan pour se venger du conjoint de la jeune femme.
Amanda Trottier a été abattue tout près de son conjoint Travis Votour, le 5 janvier 2014, dans leur résidence d'Aylmer.
Ronald « June » Brazeau, un trafiquant indépendant, recherchait Travis Votour parce qu'il avait volé dans sa cache de drogue de la rue Pearson.
Cette cache se trouvait à quelque 500 mètres de la résidence des deux victimes, sur la rue de la Terrasse Eardley, secteur Aylmer.
En plaidant coupable de l'homicide involontaire de Travis Votour, lundi, Ronald Junior Brazeau, a voulu s'adresser au tribunal pour parler d'Amanda.
« Je n'ai jamais voulu la mort de personne », a dit le détenu. Je n'ai rien contre Amanda. J'ai seulement demandé (à ses complices présumés) d'aller les brasser. »
Ces complices allégués sont Sonia Vilon et son conjoint René Samson Von Richter, toujours en attente de procès pour double meurtre prémédité du couple.
« Je regrette de tout mon coeur d'avoir demandé une "drette" (un passage à tabac de Travis Votour), a rajouté le trafiquant. Personne n'aurait dû mourir. Amanda n'avait rien à voir avec ça. »
Les victimes ont été abattues par balles.