Timothée Fournier (photo) est accusé du meurtre prémédité d'Éric Dugas.

Meurtre à Plaisance: «de gentilles personnes»

Silencieux, la tête baissée, l'auteur présumé du dernier meurtre de 2016 en Outaouais a comparu brièvement, mardi, au palais de justice de Gatineau. Du côté de la victime comme de son présumé tueur, des proches avancent que tous les deux étaient, malgré tout, de gentilles personnes.
Celui qui est accusé du meurtre prémédité d'Éric Dugas, le 31 décembre à Plaisance, a comparu sur l'heure du dîner.
Timothée Fournier, 24 ans, est apparu dans le box pendant deux minutes, pendant que les avocates de la Couronne et de la défense s'entendaient pour remettre le dossier au 11 janvier prochain.
La victime, Éric Dugas
Le corps d'Éric Dugas a été découvert en après-midi. Le suspect a été arrêté en soirée. Il a été interrogé longuement, et a été accusé formellement de meurtre au premier degré, à la lumière des informations obtenues par les enquêteurs des Crimes contre la personne de la Sûreté du Québec.
Coiffure mohawk et teint blême, M. Fournier a attendu, sans dire un mot, de retourner vers le couloir de la détention, et la prison de Gatineau, mardi.
Aucun dossier criminel n'apparaissait au nom de Timothée Fournier, avant cette affaire, au palais de justice de Gatineau. Il aurait déjà bénéficié d'une absolution du tribunal dans le passé.
Victime
Selon les plus récents documents de la cour reliés à la victime, Éric Dugas compte une centaine de dossiers à la Cour du Québec, depuis la fin des années 1980. Les policiers le connaissent pour des affaires de drogue, d'arme, de vols et pour des accusations de non-respect des conditions de la cour.
Selon ce qui apparaît sur Facebook, Éric Dugas aurait perdu une de ses soeurs dans les heures précédant sa propre mort. La famille aurait perdu deux membres, coup sur coup. Le décès de la soeur ne serait pas relié à cette histoire de meurtre.
Sur les médias sociaux, des proches de la victime ont parlé de M. Dugas comme d'un homme bon, trop souvent décrit comme un dur à cuire. Des connaissances d'Éric Dugas n'ont pas donné suite à nos demandes d'entrevues, mardi.
En 2013, Éric Dugas a résidé où s'est produit le crime du 31 janvier. Il a occupé plusieurs adresses dans la Petite-Nation.
En effet, l'adresse du 265, rue du Parc, à Plaisance, est aujourd'hui celle de Timothée Fournier, selon l'acte d'accusation déposé mardi, au palais de justice de Gatineau.
Des connaissances de Timothée Fournier ont affirmé, sous le couvert de l'anonymat, que le jeune homme était une bonne personne. Certains l'ont décrit comme généreux et sans malice, bien qu'il aurait sombré dans les drogues dures.
Le jeune homme est un ancien élève de l'École secondaire Louis-Joseph-Papineau. Embourbé dans une spirale de toxicomanie, il aurait accumulé des dettes.
La Sûreté du Québec n'a pas voulu donner d'informations sur cette affaire, mardi, refusant même de confirmer s'il s'agissait d'un meurtre commis à l'arme blanche.