Brayton Kennedy a été arrêté pour le meurtre sans préméditation de Jacob Thompson, survenu en septembre 2016. La victime avait été trouvée sur la promenade Elmira.

Meurtre à Ottawa en 2016: un homme de 19 ans arrêté

La police d'Ottawa croit avoir élucidé un meurtre survenu en 2016, avec l'arrestation d'un jeune homme de 19 ans.
Brayton Kennedy a comparu mardi pour le meurtre sans préméditation de Jacob Thompson.
Le crime allégué remonte au 24 septembre 2016. La victime, atteinte par balle, sur la promenade Elmira, vers 2 h, était bien connue des policiers de la région.
La police d'Ottawa a finalement arrêté Kennedy, lundi. Il a comparu mardi, à Ottawa.
En septembre 2016, Le Droit apprenait que Jacob Thompson avait été tué quatre jours après avoir été libéré sur cautionnement, à Gatineau. Il avait alors promis de lutter contre sa dépendance aux drogues.
Le toxicomane de 40 ans avait été libéré moyennant une caution de 1000 $,
Quelques heures après le meurtre, la police d'Ottawa avait confirmé l'arrestation de deux personnes pour complicité après le meurtre, soit la conjointe de la victime, Geneva Kennedy, 39 ans, et la fille de cette dernière, Brianna, 20 ans.
Les femmes ont été accusées de complicité après le meurtre et d'entrave au travail des policiers.
La police n'a pas confirmé les liens précis unissant les deux femmes à Jacob Thompson.
Il semble, toujours selon les informations obtenues par Le Droit l'an dernier, que M. Thompson avait quitté inopinément son lieu de résidence la nuit de sa mort, à l'insu de son beau-père.
Le beau-père avait dit au tribunal qu'il s'assurerait du respect du couvre-feu et du bon comportement du prévenu, en attendant la suite des procédures judiciaires.
Jacob Thompson était dépendant à l'hydromorphone, un dérivé semi-synthétique de la morphine. Selon la Couronne, M. Thompson a déjà brisé une fenêtre de la pharmacie Jean Coutu, sur la rue Montclair, à Gatineau, afin d'y dérober de la morphine et de l'hydromorphone, du fentanyl et de la codéine.
« Je veux devenir clean », a dit M. Thompson au juge Raymond Séguin, en 2016. Le prévenu s'était engagé à suivre une thérapie à la méthadone.