Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Hôpital général de Hawkesbury et district (HGH)
Hôpital général de Hawkesbury et district (HGH)

Médecin accusé de meurtre à Hawkesbury: l'identité de la victime dévoilée

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Article réservé aux abonnés
L’identité de la victime, qui a perdu la vie dans des circonstances suspectes la semaine dernière à l’Hôpital général de Hawkesbury et district (HGH), a été dévoilée.

Il s’agit d’Albert Poidinger, un homme de 89 ans de Pointe-Claire, au Québec. 

Rappelons que la Police provinciale de l’Ontario (PPO) a été appelée à se rendre à l’HGH dans la soirée du 25 mars dernier pour plusieurs décès suspects survenus à l’établissement. 

Le Dr Brian Nadler, 35 ans, de Dollard-Des-Ormeaux, au Québec, a été arrêté en lien avec ce décès suspect. Il fait face à un chef d’accusation de meurtre au premier degré. Il a comparu devant la Cour de justice de l’Ontario à L’Orignal vendredi dernier et doit de nouveau comparaître le 6 avril prochain. Il demeure actuellement détenu. L’avocat de M. Nadler avait indiqué au Droit que son client clamait fermement son innocence et qu’il allait être défendu en conséquence. 

La PPO poursuit son enquête en lien avec ce décès et les autres décès suspects rapportés à l’HGH et indique qu’elle diffusera de plus amples renseignements quand ils seront disponibles. Les autorités affirment qu’il n'y a présentement aucun risque pour la sécurité du public ou des patients. 

L’HGH a d’ailleurs confirmé vendredi que tous les pouvoirs du Dr Nadler à l’hôpital ont été révoqués et que les activités courantes de l’établissement dans tous les secteurs ne sont pas touchées par l'enquête des policiers. «Nous avons rencontré les familles en deuil touchées par cette situation tragique pour offrir nos condoléances et notre soutien», a indiqué l’Hôpital par voie de communiqué. 

Le Dr Brian Nadler, 35 ans, de Dollard-Des-Ormeaux, au Québec, a été arrêté dans cette affaire.

Les autorités de santé réagissent 

La ministre de la Santé de l’Ontario, Christine Elliott, a d’ailleurs réagi à l’arrestation du Dr Nadler en mêlée de presse lundi. «C'est très perturbant d'entendre cette histoire. C'est quelque chose que nous prenons tous très très au sérieux», a-t-elle martelé. 

Elle a également tenu à rassurer les Ontariens qui ont été ébranlés par cette histoire au cours des derniers jours, alors que la campagne de vaccination contre la COVID-19 bat son plein en Ontario. «Je ne peux pas en parler spécifiquement, car l'affaire est devant les tribunaux, mais je peux assurer aux gens que lorsqu'ils reçoivent les vaccins, ils le font dans des conditions très sûres et que les gens ne devraient pas avoir peur de se présenter pour recevoir les vaccins. Il s'agit d'un incident isolé, mais nous le suivons de très près. C’est très inquiétant pour tout professionnel de la santé d'être accusé d'une telle chose, mais en ce qui concerne l'hésitation à se faire vacciner, ça ne semble pas avoir eu d'impact. Les gens sont toujours impatients de recevoir le vaccin et nous sommes impatients de recevoir ces gens.» 

De son côté, le médecin hygiéniste au Bureau de santé de l’est de l’Ontario, le Dr Paul Roumeliotis, a admis en point de presse avoir été choqué d’entendre la nouvelle, mais n'a pas voulu émettre d’autres commentaires. «Je peux seulement dire que c’est un événement tragique. Nos condoléances vont aux familles. L'hôpital est en choc.»

Contacté de nouveau par Le Droit lundi, le Collège des médecins et chirurgiens de l'Ontario réitère pour sa part prendre la situation au sérieux et travailler en étroite collaboration avec les autorités pour soutenir leur enquête. «Bien que nous soyons limités dans ce que nous pouvons dire à ce stade du processus, nous continuerons à prendre toutes les mesures appropriées, à mesure que nous en apprendrons davantage sur cette situation et nous informerons le public dès que nous pourrons partager des informations supplémentaires», a indiqué un porte-parole.