Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L'Hôpital général de Hawkesbury
L'Hôpital général de Hawkesbury

Médecin accusé de meurtre à Hawkesbury: des médicaments liés à la COVID-19 s’ajoutent à l’enquête

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Des médicaments administrés aux patients infectés par la COVID-19 se sont ajoutés à l'enquête des autorités responsables du dossier de Brian Nadler, ce médecin accusé de meurtre au premier degré à l’Hôpital général de Hawkesbury (HGH), selon des informations révélées par CBC.

Rappelons que le Dr Brian Nadler est accusé de meurtre au premier degré pour un décès suspect survenu à l’Hôpital général de Hawkesbury, le 25 mars dernier. Le décès suspect dans cette affaire est celui d’Albert Poidinger, un homme de 89 ans de Pointe-Claire, au Québec. 

La Police provinciale de l’Ontario (PPO) s’était rendue à l’HGH en lien avec plusieurs décès suspects survenus à l’établissement. Les autorités avaient ensuite procédé à l’arrestation du Dr Nadler sur place relativement à un de ces décès.  

Selon une source anonyme près de l’affaire qui s’est confiée au quotidien Ottawa Citizen, il s’agirait de cinq décès suspects au total qui sont sous enquête. 

Le Dr Brian Nadler est accusé de meurtre au premier degré pour un décès suspect survenu à l’Hôpital général de Hawkesbury, le 25 mars dernier.

Les patients ont été atteints de la COVID-19 alors que l’hôpital était en éclosion. Contactée par Le Droit jeudi, la PPO a indiqué avoir pris conscience que certains chiffres sont sortis dans les médias, mais a réitéré qu’elle ne confirmera pas le nombre de décès sous enquête pour l’instant. 

Deux flambées distinctes, une déclarée le 17 mars et la seconde le 24 mars, sont d’ailleurs toujours actives à l’HGH selon la Santé publique. Les dernières données font état de 28 patients et de six membres du personnel qui y ont contracté la COVID-19. 

Rappelons que le Collège des médecins et des chirurgiens de l’Ontario a également confirmé mercredi que le permis de pratique du Dr Nadler a été suspendu. Il a également confirmé que Brian Nadler avait obtenu un permis d’exercice restreint lors de son arrivée en Ontario en février 2020 qu’il devait pratiquer sous supervision. Lors des événements, le Dr Nadler n’était plus soumis à permis d’exercice restreint. L’HGH a également révoqué tous les droits du Dr Nadler à l’établissement. 

Alan Brass, l’avocat de l’accusé, a confirmé que son client clame son innocence et qu’il sera défendu en ce sens. 

Il doit comparaître de nouveau le 6 avril prochain.