Paul-Mathieu Grondin, Bâtonnier du Québec.

Maniwaki: le bâtonnier veut un dialogue

Le bâtonnier du Québec appelle différentes instances à se pencher «avec beaucoup de sérieux» sur la sécurité dans les palais de justice du Québec à la suite de la violente altercation entre un prévenu et un constable spécial, mercredi, à Maniwaki.

«Maniwaki se trouve à être un exemple malheureux de la situation, mais ça aurait pu se passer dans d’autres palais de justice de la province. Pour l’instant, vous avez Montréal qui a probablement un très bon système de sécurité, et ensuite vous avez ailleurs en région où, et je n’ai pas peur de le dire, c’est déficient», a expliqué au Droit Me Paul-Matthieu Grondin, bâtonnier du Québec.

Selon Me Grondin, ce qui est arrivé à Maniwaki est une tragédie, «mais il n’y a personne qui va vous dire sur place que c’était une surprise».

Le Syndicat des constables spéciaux du gouvernement du Québec (SCSGQ) a déploré jeudi « le manque évident de constables spéciaux » dans les palais de justice. Il n’y avait qu’un seul constable spécial au palais de justice de Maniwaki, mercredi. Le Barreau du Québec, le gouvernement provincial et les autorités à Maniwaki, entre autres, doivent faire partie de la discussion sur la sécurité, a précisé Me Grondin.

« Nous sommes au courant de certaines problématiques. Il faut qu’on attende les résultats de l’enquête (du Bureau des enquêtes spéciales), mais je peux vous dire qu’à un moment donné il faudra avoir une conversation plus large sur cette question », a indiqué celui qui représente les intérêts de quelque 27 000 avocats au Québec.

Rappelons qu’un prévenu de 18 ans a été atteint d’une balle à la tête mercredi après-midi au palais de justice de Maniwaki lors d’une bagarre avec un constable spécial.

Malgré les appels à l’aide du constable auprès de gardiens de sécurité qui se trouvaient près de lui, ces derniers ne sont pas intervenus.

Me Grondin sera au palais de justice de Maniwaki lundi pour aller voir et discuter avec la communauté juridique de l’endroit, et leur affirmer le soutien du Barreau.

« La bâtonnière de l’Outaouais, Me Joanne Cousineau, a fait un travail fantastique là-bas », a d’ailleurs tenu à signaler Me Grondin.

Arrestation

Les événements de Maniwaki ont entraîné de nombreux dérapages sur les médias sociaux, certaines personnes tenant des propos menaçants.

La Sûreté du Québec (SQ) a procédé jeudi à l’arrestation d’un adolescent à Maniwaki relativement à des propos tenus sur un média social.

« Il a été arrêté pour intimidation du système de justice. Il a été rencontré par les enquêteurs pour ensuite être libéré par promesse de comparaître », a indiqué la SQ dans un communiqué, vendredi.

L’homme de 18 ans qui a été blessé par balle se trouvait toujours à l’hôpital, vendredi. Sa mère a indiqué vendredi après-midi qu’il allait de mieux en mieux, et que les tubes respiratoires lui seraient retirés sous peu.

Par ailleurs, une campagne de sociofinancement a été lancée sur le site www.gofundme.com pour aider la mère à assumer ses dépenses pour rester au chevet de son fils.