Louka Fredette a été retrouvé sain et sauf à Griffith, en Ontario, a confirmé vendredi vers 17 h la Sûreté du Québec.

Louka Fredette retrouvé sain et sauf ; son père arrêté par la PPO

Au terme d'une cavale de près de 24 heures, le petit Louka Fredette, recherché depuis jeudi soir, a été retrouvé sain et sauf à Griffith, en Ontario, a confirmé vendredi vers 17 h la Sûreté du Québec.
Le père de l'enfant, Ugo Fredette, a été intercepté par la Police provinciale de l'Ontario (PPO).
Selon la sergente d'état-major de la PPO, Carolle Dionne, il a été arrêté dans le sud-ouest du village de Renfrew, sur la route 41, dans un endroit isolé. Ce village est près de celui de Griffith qui a plutôt été identifié par la SQ comme le site de l'arrestation. Le véhicule de l'homme avait été observé par un hélicoptère de la PPO avec l'aide du Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage, et intercepté par des auto-patrouilles de la PPO, a précisé Mme Dionne.
Selon la porte-parole de la SQ Martine Asselin, un tapis à clous aurait été utilisé et les policiers ontariens ont fait une courte poursuite à pied.
Louka a été retrouvé par la police à bord du véhicule conduit par son père. Il a été pris en charge par la police ontarienne et les services sociaux, a précisé Mme Asselin.
Louka Fredette (à droite) a été enlevé par son père, Ugo Fredette, jeudi soir.
Carolle Dionne de la PPO estime qu'Ugo Fredette sera probablement remis aux autorités québécoises lundi, après avoir comparu samedi par téléconférence ou vidéoconférence devant un tribunal ontarien. S'il est alors accusé, ce sera sans doute en lien avec la poursuite policière de vendredi et pour des chefs «pas aussi sérieux» que ce qui l'attend au Québec, a précisé la sergente d'état-major.
Ce dénouement met fin à une vaste chasse à l'homme qui s'était amorcée jeudi soir et qui s'est déroulée sur des centaines de kilomètres, de Saint-Eustache à l'Ontario, en passant par l'Abitibi.
L'enfant, âgé de 6 ans, faisait l'objet d'une alerte Amber depuis 17 h 35 jeudi. Il s'agissait du moment où sa mère, Véronique Barbe, avait été retrouvée morte dans une résidence du boulevard Antoine-Séguin, à Saint-Eustache.
La SQ est par contre toujours à la recherche d'un autre homme: Yvon Lacasse, âgé de 71 ans, qui serait relié à un véhicule utilisé par Ugo Fredette, soit une Honda CR-V gris foncé de 2006. M. Lacasse est chauve, a les yeux bruns, mesure 1 mètre 67 et pèse environ 155 livres. L'enquête porte à croire qu'il aurait été à bord du véhicule utilisé par Ugo Fredette, mais qu'il aurait pu ensuite être déposé quelque part, souligne Mme Asselin.
Pendant sa cavale, Ugo Fredette, âgé de 41 ans, aurait effectué plusieurs déplacements, selon la SQ: un véhicule a été retrouvé à Lachute, à une trentaine de kilomètres à l'est de Saint-Eustache, puis l'homme aurait été vu dans un motel de Rouyn-Noranda en Abitibi-Témiscamingue jeudi soir, avant d'avoir été aperçu vendredi matin à Maniwaki, en Outaouais.
Des centaines d'automobilistes ont dMailleurs dû franchir un barrage routier à l'entrée de Maniwaki, sur la route 105, pendant une bonne partie de la journée.
Les policiers de la SQ et de Kitigan Zibi ont tenté d'obtenir le plus d'informations possible, dès que les autorités ont su que le père avait possiblement circulé dans le secteur, entre 8h30 et 10h30.
Sur la rue Principale, où l'homme aurait été vu sans son fils, des résidents abordaient le sujet au courant de la journée. Il semble que le suspect a été aperçu près de la rue Commerciale, en matinée. Les policiers affirmaient en milieu de journée que l'information concernant sa présence à Maniwaki était crédible.
Un hélicoptère a survolé la ville, effectuant régulièrement des cercles dans le ciel.
Les policiers ont levé le barrage de la route 105 peu avant 15h30, sans retrouver la trace du véhicule supect.
Par la suite, la SQ le situait plutôt en Ontario du côté de Napanee, une ville qui se trouve à l'est de Kingston.
Selon la SQ, Ugo Fredette aurait utilisé trois véhicules lors de sa cavale. Deux ont été retrouvés abandonnés.
La force policière avait aussi indiqué en matinée vendredi qu'il y avait possiblement un lien entre la disparition du garçon et la mort de sa mère.
Avec Louis-Denis Ebacher, Le Droit