Le courtier immobilier, Manuel Silva

Logement illégal: le courtier immobilier Manuel Silva «estomaqué» par la décision

Manuel Silva est « estomaqué » que la Ville de Gatineau se sorte indemne d’une situation qu’elle a, selon lui, créée elle-même.

Le courtier immobilier a confirmé au Droit, jeudi, qu’il s’adresserait à la Cour d’appel. Il conteste vivement la décision de la juge Suzanne Tessier, de la Cour supérieure, qui le condamne à payer plus de 50 000 $ à un couple d’acheteurs.

« La maison était bâtie comme un duplex, dit-il. Moi, je n’avais rien à cacher en la vendant comme tel. J’ai été malchanceux. Il y en a juste un qui paie pour cette décision, et c’est moi. C’est une erreur de la Ville, qui n’a jamais dit à personne, auparavant, que cette résidence ne pouvait pas servir de duplex parce que ce n’était pas dans le bon zonage. »

À LIRE AUSSI: La Ville percevait des taxes pour un logement illégal à Gatineau

Le courtier exploitait cette résidence en y louant un deuxième logis, en ignorant que cela était interdit par la réglementation municipale.

En vendant cette propriété à titre personnel, il ne bénéficiait pas de l’assurance responsabilité fournie par les courtiers immobiliers. C’est pour cette raison qu’il doit payer ce montant.

« Avoir su, je l’aurais vendue en passant par un collègue, dit-il. Moi, je suis transparent dans cette affaire-là. J’ai de la sympathie pour ceux qui m’ont acheté cette propriété. Ils n’avaient pas à subir cela, non plus. »