Les 20 et 21 octobre, le SPVG saisissait une quantité impressionnante d’armes et de stupéfiants sur la rue Church.
Les 20 et 21 octobre, le SPVG saisissait une quantité impressionnante d’armes et de stupéfiants sur la rue Church.

L’infernale spirale des dettes et de la pandémie

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Les 20 et 21 octobre, le SPVG saisissait une quantité impressionnante d’armes et de stupéfiants sur la rue Church. Selon les autorités, il s’agissait en partie du butin accumulé par Daniel Germain Champagne et ses complices lors de simulations d’opérations policières.

La SQ et le SPVG ont mené leur enquête de façon conjointe, puisque les faits reliés à cette affaire se sont produits autant à Gatineau qu’ailleurs en Outaouais.

Le suspect n’a jamais voulu identifier ses complices avec qui il aurait simulé une cinquantaine de «saisies» policières visant à s’emparer de drogue et d’argent.

À LIRE AUSSI : Déguisements pour de fausses saisies de drogues

Les policiers n’ont pas pu approfondir l’histoire des cinquante «saisies», car les responsables des lieux visés sont eux-mêmes impliqués dans des activités criminelles. «Ce n’est pas le type de gens qui portent plainte», a expliqué au tribunal l’enquêteur Olivier Hurtubise, de la SQ. Après son arrestation, le «faux policier» a expliqué aux enquêteurs qu’il avait perdu sa compagnie à la suite d’importants problèmes financiers liés à la pandémie de COVID-19. Il aurait accumulé des dettes.

Passionné d’armes, il a finalement songé à se fondre dans la peau d’un policier pour s’introduire illégalement dans des caches de drogue.

Sa recherche constante de coffres-forts serait liée à son désir de retrouver des papiers appartenant à son ancien partenaire d’affaires, qu’il accuse de l’avoir volé ces derniers mois.

Selon les policiers, Daniel Germain Champagne s’attendait à se faire arrêter d’une minute à l’autre. «Il est tombé sur de grosses quantités de drogue, et ça l’a mis sur les nerfs, explique l’enquêteur Hurtubise. Il y a eu des coups de feu dans une voiture à la suite d’un des vols et il s’est senti mal par rapport à cela. [Le suspect] s’est dit que du monde payait pour rien.»