L’homme qui a été grièvement blessé dans un incendie dans le secteur Buckingham, à Gatineau, le 31 août dernier, est décédé, selon le Service de police ce la Ville de Gatineau (SPVG).

L’homme grièvement blessé dans un incendie à Buckingham succombe à ses blessures

L’homme qui a été grièvement blessé dans un incendie dans le secteur Buckingham, à Gatineau, le 31 août dernier, est décédé, selon le Service de police ce la Ville de Gatineau (SPVG).

Un brasier s’était déclaré durant la soirée du 31 août dans un logement d’un immeuble de Buckingham dans lequel se trouvait une famille de cinq personnes, soit un homme d’une trentaine d’années, sa conjointe de 38 ans ainsi que trois enfants.

Les cinq personnes avaient été transportées à l’hôpital  pour traiter diverses blessures. Un bébé de trois mois avait alors succombé à ses blessures.

L’homme dans la trentaine était quant à lui demeuré hospitalisé pour soigner des blessures graves. Il avait d’ailleurs été transféré dans un hôpital de Montréal afin de recevoir des soins adaptés à sa condition médicale.

Le SPVG n’est pas en mesure de confirmer la date exacte où l’homme est mort. L’identité de l’homme demeure inconnue en raison d’une ordonnance de non-publication qui empêche de publier toute information qui pourrait servir à identifier les enfants de la famille, eux qui ont été pris en charge par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

Des accusations avaient été déposées par le SPVG en octobre dernier contre la femme de 38 ans. Elle devra répondre à des accusations d’homicide involontaire, d’incendie criminel mettant en danger la vie humaine et d’incendie criminel entraînant des dommages matériels. Suite au dépôt des accusations, elle a été remise en liberté sous conditions. Elle était de retour en cour le 20 décembre dernier.

Le soir de l’incendie, les policiers avaient d’abord répondu à un appel concernant un incendie dans un véhicule sur la rue Palluck. Le brasier s’était ensuite propagé à un immeuble de deux appartements où se trouvait la famille gatinoise. Les autorités avaient alors confirmé qu’aucun détecteur de fumée en fonction ne se trouvait dans le logement lors de l’incendie.

Le SPVG poursuit son enquête afin de faire la lumière sur cette affaire.