La région est frappée par une première bordée de neige.

L'hiver se réveille dans la région de la capitale fédérale

Alors que la première bordée de neige à s’abattre sur la région de la capitale fédérale a apporté son lot de tôle froissée lundi soir et que la circulation pourrait être plus lente qu’à l’habitude mardi matin, la Ville d’Ottawa s’est dit prête lundi à affronter bonhomme hiver au cours des prochains mois.

Environ une dizaine de centimètres de neige étaient attendus entre lundi en milieu d’après-midi et mardi matin sur la grande région d’Ottawa/Gatineau, poussant Environnement Canada à publier lundi un avis de conditions routières hivernales. 

L’heure de pointe de lundi après-midi a notamment été marquée par un carambolage vers 17 h sur l’autoroute 417 en direction est, à la hauteur de la sortie Nicholas, entraînant la fermeture de toutes les voies. La police de Gatineau a rapporté des accrochages sur son territoire.

Un important carambolage est survenu lundi sur l'autoroute 417.

La directrice au Service des routes et du stationnement à la Ville d’Ottawa, Laila Gibbons, a recommandé aux automobilistes de prendre leur temps lorsqu’ils circulent sur les voies publiques et d’adapter leur conduite aux conditions météorologiques.

La Ville d’Ottawa a indiqué qu’il y aura davantage de couverture 24 heures par jour, sept jours par semaine cette saison pour le déneigement des rues et des trottoirs. 

«On s’éloigne de l’approche des dernières années de déployer les équipements dans toutes les parties de la ville en même temps en donnant cette année le pouvoir à nos superviseurs de prendre des décisions concernant quand déployer l’équipement et quel type d’équipement déployer, puisqu’ils voient ce qui se passe dans les quartiers», a aussi expliqué Mme Gibbons.

Le budget de déneigement de la Ville d’Ottawa a été défoncé par sept millions $ l’année dernière, soit la 7e année consécutive où l’enveloppe initialement allouée était insuffisante. Mme Gibbons a indiqué que le conseil municipal comprend qu’il y a des changements dans les conditions météorologiques, et que le budget était inadéquat. Le budget de déneigement pour 2020 a été fixé à 78,3 millions $, une hausse de 8 % sur l’année précédente.

Il reste maintenant à voir comment l’accumulation de neige affectera l’heure de pointe du réseau de train léger mardi matin, lui qui a connu plus que sa part d’ennuis depuis sa mise en service en septembre.

Redoux ?

Les précipitations de neige et le temps froid pourraient n’être qu’un avant-goût de l’hiver puisque Dame nature serait tentée de jouer au yo-yo, a indiqué Alexandre Parent, météorologue chez Environnement Canada.

«On est dans un régime hivernal pour la dizaine de jours à venir. Par contre, après le 20 novembre, la grande majorité des modèles nous ramènent à des températures plus près des normales et même au-dessus. On pourrait donc avoir un retour de l’automne, si je peux m’exprimer ainsi, à la fin du mois de novembre, avec un mercure qui pourrait retourner autour de 7 ou 8 degrés Celsius le jour.»

Entre-temps, le Québec devrait connaître un bon refroidissement, avec une température ressentie de moins 15 la nuit.

Quant à savoir quel genre d’hiver on aura, il faudra toutefois attendre encore un peu pour avoir une bonne idée.

«Il va probablement falloir attendre la fin du mois de novembre», a affirmé M. Parent expliquant qu’aucune tendance claire ne se démarque pour l’instant, sauf une.

«Présentement, ce qu’on surveille c’est cette masse d’eau plus chaude sur le nord-est du Pacifique, le long de la côte de la Colombie-Britannique. Parfois, ça va influencer la circulation générale de l’atmosphère, ce qui pourrait nous amener de l’air un peu plus froid lorsqu’on regarde les épisodes dans le passé.»