Brandon Poulin

Leurre informatique : il traque deux mineures à Sherbrooke et Gatineau

Brandon Poulin devra passer encore au moins 24 heures en prison après le dépôt de 17 accusations en lien avec le leurre informatique et des gestes de nature sexuelle sur des adolescentes de Sherbrooke et Gatineau.

L’individu de 20 ans aurait traqué deux adolescentes de moins de 14 ans sur Internet au cours des derniers mois.

Brandon Poulin serait entré en contact avec une adolescente de 13 ans de Gatineau et une autre de 14 ans de Sherbrooke. Il aurait tenu avec elles des conversations à teneur sexuelle.

Avec la victime alléguée de Sherbrooke, il aurait même obtenu une rencontre. Lors de ce « rendez-vous », il aurait commis une agression sexuelle.

Devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec, jeudi, des accusations de leurre informatique de mineurs, d’attouchements sexuels, d’agression sexuelle, d’incitation à des contacts sexuels ainsi que la possession, l’accession et la production de pornographie juvénile ont été portées contre lui relativement à l’adolescente de Sherbrooke.

Les gestes auraient été commis entre janvier et avril 2018.

Pour la victime alléguée de Gatineau, des accusations de leurre informatique, d’avoir transmis du matériel sexuellement explicite à une mineure, d’incitation à des contacts sexuels, de production, de possession et d’avoir accédé à de la pornographie juvénile ont été déposées. Ces gestes auraient été commis entre le 1er juillet 2017 et le 31 janvier 2018.

La procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre s’est opposée à la remise en liberté de Poulin.

Son avocate Me Jessyca Duval de l’aide juridique a fixé l’enquête sur remise en liberté à vendredi.

Des interdits de communiquer avec les victimes alléguées et certains témoins ont été émis par le tribunal.

Certaines des accusations portées sont passibles de peines minimales de prison ferme.

« Ce sont les parents des victimes qui sont entrés en contact avec nous. Une enquête a été faite et nous avons procédé à l’arrestation du suspect. Il ne s’est pas rendu à Gatineau », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Sur le profil Facebook de Brandon Poulin, sous le pseudonyme « Brandon Tchill », on peut constater qu’il affectionne particulièrement se mettre en scène dans son logement. On le voit en train de fumer ce qui semble être du cannabis dans une pipe à eau, manger ou s’adonner à jeux vidéos.

Les parents de Poulin étaient présents au palais de justice de Sherbrooke pour assister à la comparution. Si le jeune homme est demeuré de glace, sa mère sanglotait dans la salle d’audience.

« Le suspect et les adolescentes ont établi le contact sur les médias sociaux », indique l’agent Carrier.

Le SPS a travaillé en étroite collaboration avec les spécialistes en cybercriminalité de la Sûreté du Québec dans cette affaire.

Toute information concernant Brandon Poulin peut être communiquée à la division des enquêtes du SPS au 819 821-5555.