Un important périmètre de sécurité a été érigé aux abords du motel Ritz, à Gatineau.

L'escouade tactique après un vol de sacoche

Une importante opération policière ayant nécessité l’intervention de l’escouade tactique du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) s’est soldée, jeudi, par l’arrestation pour vol d’un suspect qui se trouvait à quelques centaines de mètres du motel du boulevard Gréber où les autorités croyaient qu’il pouvait se cacher.

Le SPVG est intervenu au Motel Ritz, situé au 137 boulevard Gréber, peu avant 9 h, à la suite d’un appel pour « un vol simple ».

« Il y a une victime qui s’est présentée à la réception [du motel] qui a informé la réceptionniste qu’elle a été victime d’un vol de sac à main », a rapporté le lieutenant Jean-François Beauchamp. En attendant l’arrivée des autorités, une employée du motel a décidé « d’aller vérifier l’intérieur de la chambre » numéro 23. « Lorsqu’elle fait des vérifications visuelles, elle ne localise pas le sac à main, mais par contre voit une arme à feu », a raconté le lieutenant Beauchamp en précisant que la dame est aussitôt sortie, sans avoir le temps de voir si quelqu’un se trouvait dans la chambre.

Cette information a mené le SVPG à déployer son groupe d’intervention tactique sur les lieux. Un périmètre de sécurité a alors été érigé sur le terrain du motel, sans toutefois forcer l’interruption sur le boulevard Gréber.

De nombreux policiers, certains équipés d’armes semi-automatiques, assuraient la surveillance sur place. Des policiers ont été vus à l’intérieur d’une chambre voisine, tandis que trois civils ont été escortés à l’extérieur de la réception du motel vers 12 h 30.

Presque au même moment, les policiers intervenaient quelques centaines de mètres plus loin, dans le stationnement du restaurant McDonald’s du 80 boulevard Gréber. Les enquêteurs du SPVG venaient d’apprendre que le véhicule relié au suspect potentiel s’y trouvait.

L’occupant du véhicule, un résident de Gatineau âgé de 37 ans, s’est avéré être le suspect recherché. Il a été arrêté sans offrir de résistance, et a été transporté au quartier général pour y être interrogé. Selon le lieutenant Beauchamp, il devrait être accusé de « vol simple de moins de 5000 $ ».

Environ une demi-heure plus tard, en raison de la « possibilité qu’il y ait un deuxième suspect », le groupe d’intervention tactique a pénétré dans la chambre 23 du Motel Ritz, en compagnie d’un chien pisteur. Les policiers en sont ressortis calmement peu de temps après, car il n’y avait aucun suspect à l’intérieur. Ils ont aussi constaté que l’arme qui avait été aperçue par l’employée n’était en fait qu’une imitation.

Le lieutenant Beauchamp note que dans les circonstances, les policiers ne devaient rien tenir pour acquis, tant sur la possible présence d’une arme à feu que sur la possibilité que le suspect se trouve encore dans la chambre. « C’est pour ça qu’il y a eu ce déploiement-là, note-t-il. [...] C’est une opération qui s’est faite dans les règles de l’art. »

La nature du lien qui unit la présumée victime au suspect arrêté n’a pas encore été déterminée par les enquêteurs. Chose certaine, « la victime accompagnait le suspect qui se trouvait dans la chambre 23 », a mentionné le lieutenant Beauchamp.