À la suite de l’incendie de la camionnette, la route 175 avait été fermée à la circulation.

Les voleurs de la camionnette incendiée rêvaient de l’Ouest canadien

Ismaël Dupont et Kevin Cormier-Fortin rêvaient de l’Ouest canadien. Mais les deux hommes ont vite déchanté lorsqu’ils se sont aperçus qu’ils manquaient d’argent. Une fois dans les Hautes-Laurentides, ils ont rebroussé chemin vers le Saguenay, commis des vols, et se sont sauvés des policiers jusqu’à ce que leur camionnette ne prenne feu dans la Réserve faunique des Laurentides.

Les deux individus ont comparu, mardi matin, devant le juge Pierre Simard, de la Cour du Québec, en lien avec l’histoire de la camionnette incendiée et abandonnée sur la route 175, vendredi dernier. Ils sont pour le moment accusés d’avoir transporté des armes à feu, mais des accusations de vols, d’introduction par effraction et de vols d’armes à feu devraient être déposées sous peu.

« Ce que nous savons, c’est que les deux hommes voulaient se diriger vers l’Ouest canadien. Mais rapidement, ils ont manqué d’argent. Ils ont commis des vols et ont été poursuivis par les policiers à Sainte-Agathe-des-Monts. Ils ont réussi à semer les patrouilleurs », explique Hugues Beaulieu, porte-parole de la Sûreté du Québec pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Selon les informations obtenues, les individus en cavale sont revenus vers la région. Au fil du chemin, ils ont dérobé de l’essence, de la nourriture, des vêtements et divers objets.

Ils se sont même introduits par effraction dans un chalet de Ferland-et-Boilleau où ils ont dérobé des armes à feu.

Les patrouilleurs de Saguenay ont été avisés de la situation et ont repéré, mercredi dernier, le véhicule des fuyards. Après quelques instants sur la route, les policiers ont abandonné leur chasse en raison de la dangerosité de la situation. Mais vendredi dernier, le 18 octobre, les agents de Saguenay ont repéré à nouveau le véhicule et l’ont pris en chasse. Encore une fois, Dupont et Cormier-Fortin sont parvenus à les semer. Ils ont pris la direction de la Réserve faunique des Laurentides.

La camionnette des deux accusés a pris feu après qu’ils aient fui les policiers une seconde fois en deux jours.

« Leur véhicule s’est retrouvé en bordure de la route où il avait pris feu. Les deux gars avaient quitté le véhicule, mais ils ont laissé leur chien à l’intérieur. Il a été retrouvé mort à la suite de l’incendie », a poursuivi M. Beaulieu.

Les deux individus ont été arrêtés lundi matin alors qu’ils s’étaient réfugiés dans un chalet de la Sépaq dans la Réserve faunique des Laurentides, après avoir commis quelques vols.

Selon les informations, les deux prévenus étaient à bout de ressources et épuisés après leur cavale de près de 72 heures.

Cathy Morin, stagiaire au bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), a mentionné que le ministère public s’opposait à la remise en liberté des deux hommes.

« De nouvelles accusations devraient être déposées au cours des semaines à venir. L’enquête se poursuit », a-t-elle indiqué.

Les deux accusés seront de retour au tribunal le 12 novembre et les deux hommes ne se sont pas opposés à ce délai, qui dépasse les trois jours permis pour la tenue de leur enquête de remise en liberté.

« Étant donné que de nouvelles accusations devraient être déposées en lien avec cette affaire, mais aussi avec d’autres dossiers, nous allons repousser l’enquête caution de mes clients afin de savoir à quoi nous attendre », a mentionné Me Théorêt.