Les faits divers en bref

Les faits divers du jour, en quelques mots.

Vente en ligne: présumé fraudeur recherché

Un mandat d’arrestation a été lancé par la police d’Ottawa contre Daniel MacKay, 32 ans, d’Ottawa. L’homme est soupçonné par la police d’avoir vendu en ligne, de décembre 2017 à janvier 2018, de faux espaces de stationnement dans le centre-ville d’Ottawa. MacKay est accusé de fraude de moins de 5000 $ et de manquement à un engagement. Le suspect est de race blanche, mesure 1,83 m et pèse 84 kg. La police d’Ottawa craint qu’il y ait d’autres victimes dans cette affaire. Toute information peut être communiquée à l’unité des fraudes de la police d’Ottawa au 613-236-1222, poste 5433, ou à Échec au crime.

Un mandat d’arrestation a été lancé par la police d’Ottawa contre Daniel MacKay, 32 ans, d’Ottawa.

Police d’Ottawa: recrutement de policières

Le Service de police d’Ottawa profitera de la journée du 8 mars, Journée internationale des femmes, pour offrir une séance d’information destinée aux candidates qui souhaitent devenir policières. Des policières d’Ottawa de tous rangs les accueilleront et les rencontreront. La séance se déroulera toute la soirée, à compter de 18 h, à la Place-Ben-Franklin sur la promenade centrepointe à Nepean.

Intervention musclée: des policiers dans la mire de l’UES

L’Unité des enquêtes spéciales (UES) de l’Ontario a ouvert une enquête sur une intervention de policiers d’Ottawa lors de laquelle un homme de 60 ans a été blessé. L’événement est survenu le dimanche 18 février vers 23 h 45 au restaurant Boston Pizza sur le boulevard Saint-Laurent. Selon l’UES, des policiers ont été dépêchés sur les lieux concernant un homme qui aurait menacé le personnel de l’établissement. Toujours selon l’UES, il y a eu une interaction entre l’homme et les policiers à l’intérieur et à l’extérieur du restaurant. L’individu a ensuite été placé en état d’arrestation. Il fut conduit à l’hôpital pour une blessure grave. Deux membres de l’UES ont été chargés d’enquêter sur cet incident. L’enquête de l’UES porte sur quatre policiers impliqués et six agents témoins.

Casques bleus: le Canada cherche des femmes

Même s’il ne compte qu’une poignée de femmes au sein de ses Casques bleus, le Canada tente de trouver des façons d’aider d’autres pays à augmenter leur effectif féminin dans les missions de maintien de la paix à travers le monde. Affaires mondiales Canada avait convoqué jeudi des représentants de plusieurs pays et des Nations unies pour un remue-méninges sur les façons de déployer davantage de femmes Casques bleus. Le gouvernement Trudeau et l’ONU soutiennent que la présence accrue de femmes au sein des Casques bleus contribuerait à une paix et une stabilité durables dans des régions du monde dévastées par les guerres. Mais Walter Dorn, expert des missions de maintien de la paix au Collège des Forces armées canadiennes à Toronto, croit que le Canada ne prêche pas trop par l’exemple : six des 40 Casques bleus canadiens déployés en janvier étaient des femmes — et cinq d’entre elles étaient des policières, envoyées en Haïti.