Les faits divers en bref

Les faits divers du jour, en quelques mots.
Cinq blessés dans un accident de travail
Des travaux en cours sur un site de construction dans le quartier du Plateau ont été interrompus dans des circonstances qui auraient pu être plus dramatiques, vendredi matin. Selon le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), l'échafaudage en place sur le chantier du 12, rue de l'Horizon s'est effondré. L'accident a blessé cinq travailleurs. Le SPVG soutient qu'on ne craint pas pour la vie de ces cinq personnes. Trois d'entre elles ont subi des blessures mineures, un a été blessé au dos, tandis que le cinquième - blessé à une jambe - a eu besoin de l'aide du Service de sécurité incendie de Gatineau et d'une équipe spécialisée du Service des incendies d'Ottawa pour redescendre sur le plancher des vaches. L'incident est survenu vers 8h45 sur un chantier de Brigil, a confirmé l'entreprise sur Facebook en après-midi. Il s'agissait de travaux de maçonnerie effectués par un sous-traitant. Le SPVG enquêtera sur les circonstances entourant cet incident avec la collaboration de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail. Brigil soutient collaborer « entièrement » à cette enquête et souhaite un prompt rétablissement aux travailleurs blessés dans cet incident.
La police de Gatineau freine un réseau de stupéfiants
Trois Gatinois devront faire face à la justice à la suite d'une enquête du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) visant un réseau de stupéfiants. Le travail des enquêteurs a été plutôt rapide. Environ deux semaines après avoir reçu une information du public, le SPVG menait deux perquisitions simultanées. Les policiers sont débarqués au 768, rue Notre-Dame (appartement 3) où ils ont procédé à l'arrestation de Daniel Latreille (44 ans), ainsi qu'au 124, chemin du Lac (appartement 2) où un homme de 53 ans s'est fait passer les menottes. Le troisième individu, âgé de 20 ans, a été appréhendé alors qu'il marchait non loin du lieu des perquisitions. Dans les deux logements, le SPVG a notamment retrouvé de la métamphétamine, du cannabis et un fusil tronçonné de calibre .12. Parmi les accusations déposées se retrouvent la possession d'arme prohibée et la possession de stupéfiants en vue d'en faire le trafic.
Deux pitbulls saisis à Gatineau
Deux pitbulls ont été saisis par les autorités vendredi à Gatineau après avoir mordu à plusieurs reprises une femme dans une maison située sur la rue du Curé-Robert, dans le secteur Hull. 
Selon le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), les chiens ont attaqué la femme de 41 ans en après-midi, lui infligeant de graves blessures aux mains, aux poignets et des lacérations profondes aux jambes. Sa vie n'est pas en danger. 
La victime est allée se réfugier chez un voisin après avoir été mordue.
Les chiens vivent avec la femme et un homme dans la résidence. L'homme, âgé de 40 ans, avait subi des blessures mineures jeudi, à la suite de morsures, a aussi appris la police. 
Les policiers ont reçu un appel d'urgence vers 16 h 20, vendredi, pour de l'aide puisque les chiens ne pouvaient plus être contrôlés. 
Quatre contrôleurs animaliers de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) ont été dépêchés sur les lieux pour maîtriser les deux chiens. Les animaux ont été contenus sur le balcon arrière de la résidence. Ils ont été conduits à la SPCA.
Le bureau du contrôleur animalier a été saisi du dossier.

Rappel de viande séchée portant l'étiquette Abattoir Bouwman

La population ayant acheté de la viande séchée «Jerky de boeuf Beef Jerky» et «Jerky de sanglier Wild Boar Jerky» non réfrigérée venant de l'entreprise Abattoir Bouwman à Thurso est avisée de ne pas la consommer en vertu d'une mise en garde du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec l'entreprise. Même si la viande ne présente aucun signe d'altération ou d'odeur suspecte, la consommer peut représenter un risque pour la santé, indique le MAPAQ. Les produits vendus à l'état réfrigéré doivent être consommés dans les sept jours suivant la date de leur empaquetage. Les produits qui font l'objet de l'avis ont été offerts en vente jusqu'au 18 août 2017 inclusivement et ce, dans divers marchés publics et fermes dans la région de l'Outaouais en emballage sous vide. Il est à noter qu'aucun cas de maladie associé à la consommation de cet aliment n'a été signalé au ministère jusqu'à présent.