Les faits divers en bref

Les faits divers du jour, en quelques mots.

Délit de fuite à Thurso

Le présumé conducteur d’un véhicule impliqué dans un délit de fuite qui a fait un blessé grave jeudi après-midi à Thurso a été arrêté quelques heures plus tard par la Sûreté du Québec (SQ), a annoncé le corps policier jeudi soir.

Bien que gravement blessée, la victime, un jeune homme, a été en mesure de donner une description du suspect et du véhicule aux policiers alors qu’il avait repris du mieux aux soins intensifs d’un hôpital de Gatineau, a raconté une porte-parole de la SQ.

Le jeune adulte a été transporté d’urgence à l’hôpital après avoir été heurté par un véhicule sur la rue Victoria à la hauteur d’une entrée privée.

À l’arrivée des premiers répondants, le véhicule n’était plus sur place et le piéton avait subi des blessures importantes. On craignait pour sa vie.

Un reconstitutionniste de la SQ s’est rendu sur place pour expertiser la scène.

La SQ recherche deux suspects pour un vol commis en 2016

La Sûreté du Québec demande l’aide du public afin de retrouver deux suspects relativement à un vol survenu à l’été 2016, à Notre-Dame-de-la-Paix, dans la Petite-Nation.

Le larcin est survenu vers 14h45 le 18 juillet 2016 lorsqu’un individu s’est faufilé dans le bureau d’un commerce de la rue Notre-Dame et qu’il a subtilisé un sac contenant de l’argent qui se trouvait dans le coffre fort de l’endroit. Au même moment, un deuxième suspect s’affairait à distraire l’employé du commerce qui se trouvait à la caisse.

Les deux individus auraient pris la fuite à bord d’un Chevrolet Équinox de couleur noire datant des années 2010 à 2015.

Le premier suspect un homme âgé entre 55 et 60 ans qui mesurait 6,1 pieds et qui pesait environ 190 livres. Au moment du vol, il portait un chandail Polo bleu, un pantalon foncé et une casquette noire.

Le deuxième suspect était âgé entre 45 et 50 ans, mesurait 5,2 pieds et pesait 120 livres. Il portait des tatouages sur les deux avant-bras. Au moment des faits, celui-ci portait une chemise rayée, un pantalon foncé et une casquette noire.

Toute information pouvant permettre d’identifier ces individus peut être communiquée de façon confidentielle à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1-800-659-4264.

La police saisit des stupéfiants

La police d’Ottawa a mis la main sur un véritable buffet de drogues et de biens présumément criminellement obtenus lors d’une perquisition menée mercredi dans un logement de la rue Carillon, dans le quartier Vanier.

L’intervention policière s’est déroulée à la suite de plaintes déposées par des citoyens qui soupçonnaient des activités louches dans l’appartement en question.

La police a notamment saisi du fentanyl dans une substance mauve, de la cocaïne, du crack, de la marijuana, du Dilaudid, six balances numériques, trois téléphones cellulaires, de la fourniture pour l’emballage de la drogue et de l’argent canadien.

Le suspect dans cette affaire, Steven Mavis, 55 ans, d’Ottawa, fait face à diverses accusations en matière de possession de stupéfiants dans le but d’en faire le trafic. Il a comparu en cour, jeudi matin.

Bonne récolte pour Amnistie fusil 2018

La récolte a été bonne pour les corps policiers de l’Ontario lors de l’opération Amnistie fusil 2018, qui s’est déroulée en avril.

La police provinciale de l’Ontario a notamment pu recueillir 113 armes prohibées, 423 carabines et 62 fusils, incluant des répliques d’armes à feu et des pièces antiques. Quelque 12 615 munitions ont aussi été remises à la PPO par des participants à l’amnistie.

Les autres services de police ont reçu un total de 1503 armes remises volontairement par le public. La majorité des armes sera détruite, mais une certaine quantité seront conservées à des fins historiques, éducationnelles et de formation.

«Les résultats indiquent clairement que le public appuie nos efforts de réduire le nombre d’armes à feu et de munitions dans leur communauté, ce qui améliore la sécurité des citoyens et des policiers», a indiqué le commissaire Vince Hawkes de la PPO.

Accusations de meurtre déposées

Trois hommes accusés de tentative de meurtre concernant l’agression brutale d’un prisonnier au Centre de détention d’Ottawa-Carleton (CDOC) sont maintenant inculpés de meurtre au premier degré, a fait savoir jeudi le Service de police d’Ottawa.

Mohamed Barkhadle, 32 ans, Pierre Senatus, 22 ans et Jimmy St-Hilaire, 19 ans, avaient été accusés de tentative de meurtre sur Marco Michaud, un détenu de 36 ans qui était incarcéré en lien avec le meurtre de Gérald Leduc dans le quartier Vanier à Ottawa.

Michaud avait été battu par d’autres détenus le 11 avril. Il a succombé à ses blessures le 4 mai, d’où l’actualisation des accusations.

Les trois individus doivent comparaître devant un juge le 18 mai.

Fraude de cartes cadeaux dans l'Est ontarien

La Police provinciale de l’Ontario (PPO), détachement de Russell, prévient les citoyens d’une fraude de cartes cadeaux qui sévit dans la région de l’Est ontarien dernièrement. 

Selon les policiers, les fraudeurs placent de faux codes à barres sur les cartes cadeaux dans différents magasins.  Lorsque la carte est activée par le caissier, l’argent est envoyé dans le compte du fraudeur plutôt que sur la carte achetée. 

Les fraudeurs profitent du fait que plusieurs cartes cadeaux vierges sont placées dans les présentoirs. Une valeur monétaire est ajoutée à la carte lors de l’activation. 

«Avant d’acheter une carte cadeau, gratter le code à barres pour vous assurer qu’il est bon. Si votre carte s’avère fausse, contactez l’émetteur de la carte immédiatement, précise l’agent Jason Chénier.  

La PPO précise que les faux codes à barres ne sont pas nécessairement faciles à reconnaître. L’acheteur devrait s’assurer de vérifier toute anomalie. 

«Aussi, puisqu’en général les fraudeurs commettent la même fraude sur plusieurs personnes, en rapportant l’incident à la police et au marchand, vous empêcherez d’autres victimes», ajoute l’agent Chénier.

Nouveaux juges en Outaouais

Trois nouveaux juges sont nommés à la Cour du Québec en Outaouais.

Il s’agit d’abord de Me Alexandra Marcil, qui exerçait jusqu’à tout récemment à la Commission d’enquête sur la protection de la confidentialité des sources journalistiques (commission Chamberland). La nouvelle juge agira à la Chambre criminelle et pénale, à Gatineau.

Le deuxième est Me Richard Meredith, avocat et conseiller spécial sur les questions du Nord au Service des poursuites pénales du Canada. Me Meredtih a aussi été nommé à la Chambre criminelle et pénale à Gatineau.

Enfin, Me Jean-François Noël, qui exerçait le droit au ministère de la Justice du Canada, à titre de conseiller juridique et coordonnateur des activités internationales. Me Noël devient juge à la Chambre de la jeunesse, à Gatineau.

La ministre de la Justice du Québec, Stéphanie Vallée, a confirmé ces nominations, jeudi.