Les faits divers en bref

Les faits divers du jour, en quelques mots.

Le présumé meurtrier de Joey Morin apte à subir son procès

Le présumé assassin de Joey Morin, retrouvé mort dans son appartement de Gatineau le 21 avril dernier, est apte à subir son procès.

Kamy Lafrenière, 28 ans, est accusé du meurtre sans préméditation du jeune homme.

Son avocate, Me Emmanuelle Béliveau, avait demandé une évaluation psychiatrique pour déterminer si son client savait dans quoi il était embarqué, et s’il comprenait la nature de l’accusation qui pesait sur lui.

Le prévenu au passé trouble est sous forte médication.

Sa procureure s’est assurée qu’il reçoive ses antipsychotiques à la prison de Gatineau, où il séjournera en attendant la suite des procédures judiciaires.

Kamy Lafrenière, considéré par son propre père comme un «danger pour la société», était en conflit permanent avec sa famille.

Le suspect déménageait régulièrement. Après le meurtre, il s’est rendu en Abitibi, dans la résidence voisine de celle de son père, pour fuir les autorités.

Policiers d’Ottawa sous enquête : pas de blâme de l’UES

Le directeur de l’Unité des enquêtes spéciales (UES) de l’Ontario a mis fin à une enquête sur une blessure grave subie par un homme en avril dernier.

Lors de l’intervention policière, l’homme de 43 ans s’était poignardé dans la poitrine.

Il affirmait vouloir mourir.

L’UES a quand même ouvert une enquête, pour éclaircir les circonstances dans lesquelles les policiers d’Ottawa sont intervenus.

«Le 30 avril 2018, vers 17 h 30, des agents du Service de police d’Ottawa se sont rendus dans une résidence, en réponse à un appel concernant un incident familial. Dans la cour arrière de la maison, les agents ont trouvé un homme caché sous une terrasse. L’homme a informé les policiers qu’il s’était poignardé dans la poitrine et qu’il voulait mourir. L’homme a été transporté en ambulance à l’hôpital où il a été soigné pour une blessure par arme blanche», a indiqué l’UES, vendredi.

«La preuve montre clairement que l’homme s’est lui-même infligé cette blessure. J’ai donc mis fin à l’enquête sur cet incident», a écrit, dans un communiqué, le directeur de l’UES, Tony Loparco.

Les policiers n’ont à porter aucun blâme dans cette affaire.

Malfaiteurs épinglés à Ottawa

Deux hommes de 21 et 26 ans font face à de nombreuses accusations, dont vol qualifié à l’aide d’une arme à feu et complot en vue de commettre un crime, à la suite d’un détroussement à la pointe d’une arme à feu survenu jeudi après-midi près de l’intersection de la rue Rideau et de l’avenue King Edward.

Les événements sont survenus vers 16 h 15 alors qu’un homme de 22 ans fut accosté par un inconnu armé qui a exigé son argent et une paire de chaussures qu’il venait d’acheter.

Les suspects ont pris la fuite en voiture, mais celle-ci fut impliquée dans un accident avec deux autres véhicules. La police a par la suite intercepté les deux suspects qui avaient pris la fuite en courant.

Antonio Assaf, 22 ans, et McKenny Perrin, 26 ans, tous deux d’Ottawa, ont été arrêtés et accusés.

La police a récupéré un pistolet 9mm chargé ainsi que les biens et l’argent volés sur les lieux de la collision.