Contenu commandité
Justice et faits divers
Les faits divers en bref
Les faits divers du jour, en quelques mots.
Partager

Justice et faits divers

Un policier de Gatineau accusé de voies de fait

Un policier de Gatineau devra faire face à la justice pour avoir fait un usage des bases de données policières à des fins personnelles.

L’agent Jonathan Charbonneau fait face à une accusation de voies de fait et une autre d’utilisation non autorisée d’un ordinateur. 

Il est actuellement en congé prolongé jusqu’au début de l’année 2020. 

Dans un communiqué, le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) soutient que l’enquête a été déclenchée après une plainte d’une victime alléguée en janvier dernier. 

Les gestes reprochés auraient été commis deux ans plus tôt. 

La division des affaires internes du SPVG a rapidement reçu la responsabilité d’enquêter sur cette allégation et le ministère de la Sécurité publique a été avisé. 

Cette enquête a mené aux dépôts des accusations.

Au moment de son retour de congé, l’unité des affaires internes du SPVG évalueront si des mesures disciplinaires doivent être prises contre lui.

Justice et faits divers

Crack contaminé au fentanyl et autres drogues saisis à Ottawa

Une « pharmacie » de stupéfiants, contenant entre autres du crack contaminé au fentanyl, a été saisie jeudi par la police d’Ottawa.

Les autorités ont saisi une quantité importante de fentanyl, d’héroïne, de cocaïne, de crack, de métamphétamine, ainsi que 6000 $ en argent comptant, dans un logement du pâté de maisons du 400, avenu Laurier Ouest. 

La frappe s’est produite sur l’heure du dîner. 

Des cellulaires, des balances et du matériel servant à emballer la marchandise ont aussi été saisis sur les lieux. 

Selon la police d’Ottawa, le crack était contaminé au fentanyl. 

Des expertises en laboratoire doivent confirmer ces informations obtenues par les autorités, dans le cadre de leur enquête. 

Trois suspects ont été arrêtés. 

Il s’agit de Michael McIntosh, 47 ans, James Valiquette, 34 ans, et Michael Judge, 38 ans.

Justice et faits divers

Feu maîtrisé à Notre-Dame-de-la-Salette

Le feu de forêt de 10,8 hectares qui fait rage depuis samedi a finalement été maîtrisé selon ce que rapporte la Société de la protection des forêts contre le feu (SOPFEU).

Des pompiers sont toujours présents sur les lieux afin d’assurer l’extinction complète du brasier. 

La SOPFEU souligne que plusieurs jours seront nécessaires pour que le feu soit complètement éteint.

Justice et faits divers

Accident mortel dans l'ouest d'Ottawa

Un accident de la route a coûté la vie d’un automobiliste dans un secteur rural de l’ouest d’Ottawa vendredi.

La collision a eu lieu sur le chemin Peter Robinson entre les chemins Vaughan et March vers 11 h 30. 

À l’arrivée des policiers sur la scène, ils ont constaté le décès d’une personne alors qu’une autre a été transportée à l’hôpital pour traiter des blessures mineures. 

Le Service de police d’Ottawa a ouvert une enquête pour faire la lumière sur les circonstances de l’accident. 

Justice et faits divers

Hélicoptère du président de Savoura: la balise de détresse était fonctionnelle

MONTRÉAL — La radiobalise de détresse de l'hélicoptère dans lequel prenait place le président de Savoura, Stéphane Roy, était fonctionnelle, a révélé vendredi le Bureau de la sécurité des Transports du Canada (BST).

Dans un communiqué transmis en matinée, le BST a également précisé que la batterie de l'hélicoptère Robinson R44 était au maximum de sa capacité, qu'elle était en bonne condition et qu'elle aurait émis un signal de détresse à la suite de l'impact si l'interrupteur avait été en position «ARM».

Or, le BST avait précisé il y a une semaine que l'interrupteur avait été trouvé à la position «OFF».

En position armée, la radiobalise est programmée pour émettre des signaux de détresse automatiquement, s'il y a un impact.

En entrevue avec La Presse canadienne, Hans Obas, membre de l'Observatoire international de l'aéronautique et de l'aviation, avait expliqué qu'un pilote d'hélicoptère doit, avant un vol, s'assurer que l'interrupteur est en position «ARM».

L'écrasement de l'hélicoptère a coûté la vie à Stéphane Roy et à son fils de 14 ans, Justin. L'appareil avait été porté manquant le 11 juillet, et a été retrouvé le 25 juillet dans le secteur du lac Valtrie, à environ 80 kilomètres au sud-est du Lac-De La Bidière, d'où Stéphane Roy et son fils avaient décollé.

Dans son communiqué, le BST rappelle aux pilotes de s'assurer que l'interrupteur soit en position «ARM» afin de réduire les délais dans les recherches et sauvetage d'un aéronef porté disparu et d'augmenter du même coup les chances de survie des occupants.

Justice et faits divers

Trois suspects appréhendés pour le meurtre d'un Québécois à Saint-Martin

Les policiers de l'île de Saint-Martin, dans les Antilles, ont annoncé vendredi avoir procédé à l'arrestation de trois suspects en lien avec le meurtre de Sylvain Valade, un Québécois de 48 ans abattu d'une balle à la tête lors d'un vol à main armée le 5 juin dernier.

L'événement était survenu peu après 23h00 sur le chemin Beacon Hill dans le secteur de Maho Beach, dans la portion néerlandaise de l'île, qui compte aussi une partie française.

Selon le fil des événements décrit par les policiers, Sylvain Valade était avec sa fille lorsque des braqueurs ont voulu s'emparer de ses effets, et il s'est interposé pour la protéger. C'est à ce moment qu'il a été atteint d'un projectile d'arme à feu. Sa fille n'avait pas été blessée, mais avait subi un traumatisme important.

Les voleurs s'étaient ensuite enfuis dans un véhicule en direction du côté français de l'île.

Les policiers néerlandais disent avoir travaillé en étroite collaboration avec les gendarmes français pour résoudre cette triste affaire.

«Nous sommes très heureux d'annoncer que les trois suspects sont derrière les barreaux et qu'ils coopèrent avec l'enquête», indique la police néerlandaise dans un communiqué.

«Les forces policières de Sint Maarten (la désignation néerlandaise de l'île) ont mis l'ensemble de leurs ressources à contribution dans cette enquête», ajoute-t-on.

L'affaire avait fait grand bruit sur la scène internationale et porté atteinte à la réputation de sécurité de l'endroit fort prisé des touristes.

Le ministre du Tourisme de Saint-Martin, Steven Johnson, a d'ailleurs tenu à exprimer son soutien aux proches de Sylvain Valade.

Dans un communiqué conjoint avec celui de la police, il rappelle que l'affaire «nous avait choqués et demeure douloureuse aujourd'hui.»

«Rien ne peut guérir la douleur subie par la famille Valade. Qu'un tel événement soit survenu dépasse l'entendement et qu'il soit survenu ici, sur nos rives où nous accueillons chaleureusement tous les visiteurs de partout autour du monde est tout aussi inacceptable. Personne ne devrait jamais avoir à s'inquiéter en visitant nos rives», a ajouté le ministre.

Il dit souhaiter que l'arrestation des suspects puisse apporter un certain réconfort en sachant qu'ils devront en répondre devant les tribunaux. Il reconnaît, toutefois, que les mots offrent peu de réconfort aux personnes endeuillées en telles circonstances, mais il ajoute que l'île est elle aussi en deuil.

Justice et faits divers

Une femme dans un état grave après une sortie de route à Ripon

Quatre personnes, deux adultes et deux enfants, ont été blessées et transportées à l’hôpital à la suite d’une sortie de route à Ripon vendredi soir.

Une femme aurait d’ailleurs subi des blessures importantes dans l’accident au point où les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) disent craindre pour sa vie. 

Le véhicule circulant sur la route 321 en direction nord a fait une sortie de route puis un tonneau aux alentours de 19h30. 

La SQ ignore toujours les raisons qui ont menées à la sortie de route.