Les faits divers en bref

Les faits divers du jour, en quelques mots.

Directrice d’école accusée d’inconduite

Une ancienne directrice d’école secondaire en Ontario fait face à des accusations d’inconduite professionnelle, car on lui reproche d’avoir falsifié les résultats d’un test de compétences linguistiques. 

Après avoir mené une enquête, l’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario a découvert que certains étudiants avaient été rappelés à l’école pour compléter une partie du Test provincial de compétences linguistiques, qui devait être terminé à ce moment-là. 

Christine Vellingea, qui était alors directrice d’une école du conseil scolaire catholique du district de Simcoe Muskoka, est accusée d’avoir consulté tous les examens pour trouver les copies incomplètes, et d’avoir demandé aux professeurs de faire la même chose. 

L’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE), qui a créé et gère l’examen, indique que les résultats de ces examens servent à produire les rapports annuels sur les conseils scolaires. Ils sont aussi utilisés pour surveiller le progrès des enfants pendant leur parcours scolaire. 

Dans son avis d’audience disciplinaire, le collège allègue qu’en 2016, Mme Vellingea a appelé 21 étudiants pour qu’ils reviennent à l’école afin de compléter les parties laissées vides dans l’examen — qui étaient bien indiquées aux élèves. La directrice aurait aussi demandé à son directeur adjoint de faire de même.

Mme Vellingea est aussi accusée d’avoir échoué à s’assurer que les étudiants étaient convenablement surveillés alors qu’ils étaient en possession du test. Elle aurait aussi dit à un étudiant: «Tu n’as jamais été ici».

La dame doit comparaître devant le comité de discipline le 26 janvier. Le collège a dit que Mme Vellingea avait été suspendue pendant 20 jours sans salaire et qu’elle avait subi une rétrogradation: elle est maintenant directrice adjointe.

Au terme de sa propre enquête, l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation a conclu qu’il y avait eu des «irrégularités». En conséquence, l’OQRE ne tiendra pas compte des résultats de cette année-là dans ses rapports.

L’ancien directeur adjoint par intérim, ainsi qu’un professeur, sont aussi accusés, mais la date de leur comparution devant le comité de discipline n’a pas encore été fixée. Andrew Burke, l’ancien directeur adjoint par intérim, a été suspendu pendant dix jours sans salaire, alors que le professeur Gregory Quinn a été suspendu pendant cinq jours.

Un couple âgé mort de froid

Un vieil homme et son épouse ont été trouvés morts dans le sud-ouest de l’Ontario, mercredi matin, alors que sévissait un froid polaire dans leur région. 

La Police provinciale de l’Ontario (OPP) raconte que vers 9 h, le cadavre de Grant Triebner, âgé de 90 ans, a été localisé à l’intérieur d’une grange tout près de la porte qui était restée ouverte à Exeter, une communauté rurale située à quelque 200 kilomètres à l’ouest de Toronto. 

Son épouse, Ada Triebner, âgée de 83 ans, a été trouvée morte au sol, dehors. La police croit qu’elle était sortie de la maison du couple afin de se rendre auprès de son époux mais qu’elle a été surprise par l’ardeur du froid et qu’elle en est morte. 

L’avis de décès publié par un salon funéraire de la région signale que Grant Triebner a été emporté par une crise cardiaque. 

La police provinciale et le Bureau du coroner en chef de l’Ontario enquêtent sur ces décès tragiques. 

L’explosion d’une maison à Mirabel fait deux blessés graves

Les deux hommes âgés dans la vingtaine qui se trouvaient au sous-sol de la maison de Mirabel, dans les Laurentides, qui a été soufflée par une explosion en fin de nuit vendredi luttaient toujours pour leur vie en après-midi dans une unité des grands brûlés d’un hôpital montréalais.

Une femme également dans la vingtaine qui se trouvait à l’étage de la maison a aussi subi des blessures, mais de moindre gravité. 

Elle a été confiée aux soins d’un hôpital de la région. 

Son logement affichait une adresse différente de celui où étaient les deux hommes.

« Il ne reste presque plus rien » de la maison qui est située sur la rue Saint-Michel, dans le secteur Saint-Janvier, a résumé Pierre Morel, le porte-parole du Service de police de la ville de Mirabel.

L’explosion a provoqué un incendie qui a entraîné d’importants dommages aux maisons adjacentes. Outre leurs résidants, personne d’autre n’a dû être évacué.

La cause de l’explosion survenue vers 4h15 demeure inconnue. Plusieurs hypothèses seront examinées, a précisé M. Morel.

Le Service de police de la Ville de Mirabel mène l’enquête et prévient que la cueillette d’indices prendra plusieurs jours. L’expertise de techniciens en explosifs et en incendie de la Sûreté du Québec a été demandée.

Les deux hommes ne semblent pas être propriétaires de la maison qui aurait été louée récemment, selon des informations préliminaires obtenues par les policiers.

Les policiers disent ignorer pour le moment la relation entre les deux hommes, ni celle qu’ils entretenaient avec la femme qui vivait à l’étage.

Trois familles évacuées à Ottawa

Une épaisse fumée noire a jeté à la rue trois familles, vendredi soir, à Nepean, par un froid sibérien.

Trois alertes ont nécessité l’intervention des pompiers, de la police, d’Hydro-Ottawa et du distributeur gazier Enbridge.

Un incendie a donc été déclaré vers 18h30 au 39, Woodvale Green. Il s’agit d’une maison en rangée de deux étages.

Les services aux victimes et un enquêteur ont été dépêchés sur place.

Le feu n’est pas d’origine criminelle et personne n’a été blessé.