Les faits divers en bref

Les faits divers du jour, en quelques mots.
Brasier sur un chantier à Ottawa
Un violent incendie a détruit deux édifices à logements en construction dans l'ouest d'Ottawa, dans la nuit de lundi.
Les pompiers d'Ottawa ont déclenché une première alarme à 2h53, et rapidement une deuxième et une troisième ont suivi en moins de 15 minutes.
La violence du brasier a forcé les sapeurs à demander des renforts et à passer en mode défensif, afin de protéger les bâtiments voisins.
Les flammes ravageaient déjà les toits des bâtiments, situés à l'intersection de l'allée Mancini et du croissant Garrity, dans le secteur Barrhaven.
Les bâtiments en construction étaient des maisons en rangée abritant 24 unités de logement.
Les bâtiments ravagés ont dû être jetés au sol lundi matin, pour des raison de sécurité.
Le Service des incendies d'Ottawa a ouvert une enquête afin de connaître la cause du sinistre.
Incendie dans une usine de cannabis
Une usine de production de cannabis a été la proie des flammes, lundi matin, à Smith Falls, au sud d'Ottawa.
Le service des incendies de l'endroit a sonné l'alarme générale à 9h26.
L'usine de la compagnie Tweed, située dans les anciennes installations du fabricant de chocolat Hershey, n'a été que légèrement endommagée.
Des travaux au chalumeau ont provoqué l'embrasement d'une partie inoccupée du bâtiment.
L'incendie a été maitrisé en moins de cinq minutes.
Les bureaux de l'administration n'ont pas été touchés.
Bordeleau réplique à Skof
Le chef du Service de police d'Ottawa, Charles Bordeleau, a qualifié de «fausses» les allégations du président de l'Association des policiers d'Ottawa, Matt Skof, qui a récemment dénoncé dans une lettre au quotidien Ottawa Citizen que des policiers sont souvent suspendus pour de simples allégations contre eux avant même le début d'une enquête alors que des hauts gradés faisant l'objet d'une enquête criminelle par la police provinciale de l'Ontario sont toujours en poste. M. Bordeleau a indiqué devant la Commission de services policiers d'Ottawa, lundi, que quelque 94 agents font l'objet d'enquête par différentes agences dans 69 dossiers. «La vaste majorité des enquêtes ne se concluent pas par des suspensions. De ce nombre, il y a cinq policiers d'Ottawa suspendus et un employé civil en congé administratif. La plupart de ces suspensions ont été imposées avant l'année en cours», a expliqué le chef Bordeleau. Deux officiers responsables du SPO font l'objet d'une enquête de l'Unité des enquêtes spéciales de l'Ontario après que des soupçons de fausses déclarations à leur endroit eurent récemment été émises par un avocat en lien avec l'enquête sur l'explosion sur un site d'entraînement qui a blessé deux policiers et trois ambulanciers en 2014. Les deux policiers n'ont pas été suspendus.
Déficit possible de 4,4 millions au SPO
Le Service de police d'Ottawa (SPO) se dirige vers un déficit de 4,4 millions $ cette année, selon ce que prévoit son rapport d'étape financier du premier trimestre de 2017 qui a été déposé lundi à la Commission de services policiers d'Ottawa. Le manque à gagner anticipé est notamment attribuable aux heures supplémentaires que font les agents, à la hausse des coûts d'assurance associés aux indemnités de maladie ainsi qu'à l'achat de l'antidote Naloxone pour traiter les surdoses de drogue chez les citoyens. Le chef du SPO, Charles Bordeleau, a toutefois indiqué que la haute administration de la police a un plan pour terminer 2017 en situation d'équilibre budgétaire, notamment en gelant certaines dépenses associées aux voyages et à la participation à des conférences. La réduction dans le renouvellement de la flotte automobile et le report de l'embauche d'employés civils sont aussi considérés pour atteindre le déficit zéro.
Le théâtre Mauril Bélanger inauguré
Catherine Bélanger, veuve de Mauril Bélanger, et Fernand Proulx
Le Musée de l'aviation et de l'espace du Canada a honoré lundi le regretté Mauril Bélanger en nommant son théâtre au nom de l'ancien député fédéral d'Ottawa-Vanier. Le théâtre Mauril Bélanger commémore l'intérêt qu'avait M. Bélanger à l'égard de la valeur patrimoniale et éducative que revêt la collection d'artéfacts aéronautiques du Musée pour les Canadiens. «Cette plaque que nous dévoilons et le nouveau nom donné à ce théâtre sont des gestes concrets et durables qui attestent des efforts et des succès de Mauril, qui a toujours été un fervent partisan du Musée de l'aviation et de l'espace du Canada au profit de tous les Canadiens», a indiqué Fernand Proulx, président-directeur général par intérim de la Société des musées de sciences et technologies du Canada. Sur la photo, on retrouve Catherine Bélanger, veuve de Mauril Bélanger, et Fernand Proulx.