Une erreur humaine serait à l’origine de la fausse alerte au sujet d’un incident à la centrale nucléaire de Pickering.
Une erreur humaine serait à l’origine de la fausse alerte au sujet d’un incident à la centrale nucléaire de Pickering.

L’enquête sur l'alerte erronée à la centrale nucléaire de Pickering devrait se conclure rapidement

TORONTO — La solliciteure générale de l’Ontario veut que l’enquête sur l’alerte erronée au sujet d’un incident à la centrale nucléaire de Pickering soit conclue assez rapidement.

Sylvia Jones affirme qu’il est très important que la population de l’Ontario sache exactement ce qui s’est passé, et elle ne s’attend pas à une longue enquête.

Le gouvernement provincial a annoncé la tenue de l’enquête, dimanche, quelques heures après qu’une alerte eut été transmise sur les téléphones portables, radios et téléviseurs à travers la province, vers 7h30.

Selon Mme Jones, les premières observations suggèrent qu’il s’agissait d’une erreur humaine lors d’un test de routine du système d’alerte d’urgence, qui a lieu deux fois par jour.

Une alerte de suivi a été transmise sur les téléphones portables près de deux heures après la notification d’origine.

Le porte-parole du Nouveau Parti démocratique ontarien en matière d’énergie, Peter Tabuns, affirme que si les citoyens perdent confiance dans le système, la capacité de l’utiliser en cas d’urgence réelle sera réduite, ce qui serait dangereux.