Le chef de police d'Ottawa, Charles Bordeleau

Le SPO approuve l’ajout de 10 policiers

Le Service de police d’Ottawa (SPO) a approuvé lundi soir l’ajout de 10 policiers au sein de son effectif afin de lutter contre les armes à feu et les bandes de rue dans la capitale nationale.

Lors de la Commission des services policiers d’Ottawa, le chef de police Charles Bordeleau a souligné qu’il était important d’agir rapidement et d’embaucher ces 10 agents dès cette année, même si les fonds promis par le gouvernement fédéral ne sont pas disponibles avant le mois d’avril prochain.

« Au cours des dernières années, on a pu remarquer une augmentation continue de la violence armée dans notre communauté, et nous croyons que c’est une tendance, a-t-il déclaré en point de presse. Nous connaissons du succès dans la communauté en arrêtant des individus et en saisissant des armes à feu et nous voulons nous assurer que cet effort sera soutenu au cours des prochaines années. Ce que nous demandons au conseil c’est de nous avancer de l’argent pour qu’on soit en mesure d’embaucher ces 10 agents dès cette année, qu’ils exercent leur fonction dès le mois d’octobre pour qu’on puisse assigner des agents à temps plein dans cette lutte contre la violence armée. »

Ces agents seront impliqués directement dans la lutte contre les armes à feu ainsi que dans l’application de la loi vis-à-vis les bandes de rues.

« Cinq agents feront partie de l’unité des Bandes et arme à feu et les cinq autres feront partie de l’Équipe d’intervention directe (EID), soit notre unité proactive, a précisé le chef de police. Les 10 agents auront aussi un focus directement sur le domaine proactif qui consiste à travailler avec les gens dans la communauté. »

Alors que certains se demandent si 10 agents supplémentaires seront suffisants, le chef Bordeleau se fait rassurant.

« Nous avons procédé à l’ajout de 75 agents au cours des trois dernières années et notre plan d’embauche indique un ajout de 90 agents au cours des trois prochaines années, en plus de ces dix-là qui seront assignés à temps plein à nos unités de Bandes et arme à feu et d’EID, souligne-t-il. Nous croyons que c’est quelque chose de responsable à faire et nous connaissons du succès avec nos stratégies. »