Marc Jémus a été reconnu coupable vendredi dernier d’avoir fraudé 67 personnes.

Le procès Jémus retardé par le congé de son avocat

Le calendrier pour les représentations sur la peine du fraudeur Marc Jémus devait être déterminé vendredi. L’absence en salle de cour de son avocat, Jean-Michel Labrosse, force toutefois un report de ces discussions à jeudi prochain.

Marc Jémus a été reconnu coupable vendredi dernier d’avoir fraudé 67 personnes. La Couronne fédérale demandait alors la détention immédiate de l’accusé, une requête rejetée par le juge Serge Laurin. Le séjour probable derrière les barreaux de l’homme impliqué dans le scandale surnommé « mini Norbourg » sera donc retardé.

La défense et la Couronne devaient convenir avec le magistrat des dates auxquelles se tiendront les représentations sur la peine de Marc Jémus.

« On est très déçus parce qu’on espérait que les dates soient fixées, mais l’avocat de la défense ne s’est pas pointé et a décidé de prendre congé. Encore une fois, le dossier est retardé par les gestes de la défense », soutient la procureure de la Couronne, Geneviève de Passillé.

Rappelons que Jémus — ainsi que ses ex-acolytes, Robert Primeau et François Roy — faisait face à deux chefs d’accusation, un pour les crimes qu’ils auraient commis ensemble et un autre pour des actions posées individuellement.

Marc Jémus est passible d’une peine d’emprisonnement de 14 ans. Primeau et Roy ont respectivement été condamnés à 45 et 40 mois de détention, mais ces derniers ont tous enregistré un plaidoyer de culpabilité, contrairement à Marc Jémus.

Marc Jémus, François Roy et Robert Primeau font également l’objet d’un recours collectif de 12 millions $ depuis 2010 et que Marc Jémus a été reconnu coupable de 28 chefs d’accusation déposés par l’Autorité des marchés financiers en 2014. On lui reprochait d’avoir fait investir des gens sans les autorisations nécessaires, en contravention avec les lois sur le courtage des valeurs mobilières.