Mourad Louati, principal suspect dans le meurtre de Sheldon O'Grady, en janvier 2013, à la sortie de l'ancien bar Addiction

Le procès de Mourad Louati se poursuit par vidéoconférence

Le procès pour le meurtre du jeune Sheldon O'Grady se poursuivra temporairement sans que l'accusé soit physiquement présent dans la salle d'audience.
Mourad Louati, accusé de meurtre non prémédité, assistera à la suite des procédures par vidéoconférence à partir d'une autre salle du palais de justice de Gatineau.
Les témoignages ont été quelque peu retardés, vendredi matin, pour réorganiser la salle d'audience en fonction de cette décision. 
La juge Catherine Mandeville a expliqué la situation au jury lors de la reprise des procédures. C'est l'accusé lui-même qui a souhaité se retrouver à l'extérieur de la salle d'audience.
Mourad Louati aurait été en proie à des «fous rires incontrôlables» à certains moments durant le procès. L'accusé attribue ce comportement au stress et souhaitait éviter de choquer la famille de la victime et de nuire aux procédures.
La juge Mandeville a précisé qu'il s'agissait d'une mesure temporaire et que Mourad Louati pourra revenir au box des accusés lorsqu'il se sentira plus à l'aise. Elle a également demandé au jury de ne pas tenir compte de cette situation au moment de rendre son verdict.
Les incidents
Sheldon O'Grady est décédé dans la nuit du 4 au 5 janvier 2013, à la sortie d'un bar sur la promenade du Portage, dans le Vieux-Hull. Mourad Louati s'est rendu aux policiers quelques jours plus tard et demeure détenu depuis.
Lors de l'étude d'une requête pour mettre fin aux procédures dans cette affaire, le chef d'unité de la prison de Gatineau, David Gosselin, a présenté 38 cas disciplinaires reliés à M. Louati. 
Des incidents qui allaient de la menace à la bagarre, en passant par des insultes et des invitations au combat avec des agents correctionnels. M. Louati a fait le tour des prisons provinciales du Québec, d'Amos à Saguenay, en passant par Québec.
Coups de feu sur le chemin Richmond
L'unité des armes à feu et des bandes de rue de la police d'Ottawa enquête après que des coups de feu aient été entendus près du 500, chemin Richmond, dans l'ouest de la capitale.
Des agents se sont rendus sur les lieux et n'y ont découvert que des douilles. Aucune autre trace de ces coups de feu n'a été retrouvée dans le secteur et aucun blessé n'a été signalé.
Les enquêteurs invitent toute personne détenant de l'information sur cette affaire à les contacter au 613-236-1222 poste 5050.