Un homme de Val-des-Monts aurait fait trois enfants à l'une de ses filles, dans le années 1970 et 1980.

Le père grand-père persiste et signe

Le « père grand-père » de Val-des-Monts a refusé de plaider coupable dans une proposition de dernière minute, la semaine dernière.
Depuis le début des procédures judiciaires intentées contre lui, la Couronne réitère son offre. Encore une fois, l'accusé dit vouloir aller jusqu'au bout, et contredit ses victimes alléguées.
L'homme aurait fait trois enfants à l'une de ses filles, dans le années 1970 et 1980. Jusque dans les années 2000, il aurait fait d'autres victimes dans sa famille.
Une ordonnance de non-publication interdit de divulguer des informations permettant d'identifier les victimes alléguées.
Une des filles, qui a eu des enfants de son propre père, demandera ce mardi de faire annuler cette ordonnance de la cour. Elle voudrait ainsi que l'agresseur présumé soit identifié publiquement.
La femme doit d'ailleurs se présenter à la barre des témoins. Son histoire risque de prendre plusieurs heures à raconter, selon la procureure de la Couronne, Me Nadine Piché.
La première présumée victime a dénoncé son père. Puis, la soeur de celle-ci a suivi, après la médiatisation de l'affaire. Ensuite, une troisième fille du suspect a porté plainte.
Les faits allégués se sont produits entre les années 1970 et 2000, dans les environs de Gatineau et à Montréal. La première victime serait tombée enceinte pour la première fois à 13 ans.
La procureure de la Couronne, Me Nadine Piché, s'appuiera sur une preuve d'ADN.
Au jury, elle a résumé l'affaire, rappelant que les victimes ont confié à la police de la MRC des Collines que, plus jeunes, leur père allait les chercher à l'école pour les amener au motel, où les agressions avaient lieu. Les agressions se sont aussi produites dans le secteur du lac Meech, a-t-on entendu à la suite de l'arrestation de l'homme, en 2014. 
L'accusé, qui nie tout en bloc, a choisi d'aller à procès devant jury.