Bernard Trépanier subissait un procès séparé dans l’affaire du Faubourg Contrecoeur.

Le DPCP ordonne l’arrêt des procédures dans les deux procès de Bernard Trépanier

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales a finalement décidé de ne pas se livrer à de l’acharnement juridique à l’endroit de Bernard Trépanier. Le DPCP a annoncé mercredi qu’il ordonne un arrêt des procédures dans les deux procès de M. Trépanier «considérant l’état de santé précaire et la confirmation par son avocate qu’il reçoit des soins de nature palliative».

Bernard Trépanier, dont on avait appris lors des audiences de la commission Charbonneau qu’il était surnommé «monsieur 3 pour cent» en raison de la ristourne qu’il exigeait pour les coffres du parti de Gérald Tremblay lors d’octrois de contrats, subissait un procès séparé dans l’affaire du Faubourg Contrecoeur.

Tous les autres accusés dans ce dossier, dont l’ex-président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Frank Zampino et l’entrepreneur Paolo Catania, ont récemment été acquittés.

L’autre procès, qui fait suite au projet Fronde de l’Unité permanente anticorruption (UPAC), vise un dossier de présumée collusion dans le partage et l’octroi de quelque 160 millions $ de contrats d’ingénierie à Montréal, entre 2001 et 2009.

Six autres accusés dans ce procès de fraude et complot pour fraude, dont Frank Zampino, font toujours face à la justice.

Un septième accusé, l’ex-vice-président de la firme CIMA+ Yves Théberge, a plaidé coupable en janvier dernier.

Il a été condamné, à la suggestion commune des parties, à une peine de 21 mois à purger dans sa résidence en bordure d’un lac à Saint-Adolphe-d’Howard, dans les Laurentides.