Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le courtier immobilier suspendu, Francis Vallée
Le courtier immobilier suspendu, Francis Vallée

Le courtier suspendu Francis Vallée accusé d'agression sexuelle

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Une accusation d’agression sexuelle a été déposée mardi au palais de justice de Gatineau contre Francis Vallée dont le permis de courtage en immobilier fut suspendu l’année dernière à la suite d’allégations de «comportements sexuels et/ou des propos inappropriés envers des femmes» qui auraient été des clientes.

L'acte allégué contre M. Vallée, 38 ans, remonte à 2011 à Gatineau, a indiqué la procureure de la Couronne, Me Marie-Josée Genest. Il n’aurait pas été commis dans l’exercice de ses fonctions professionnelles.

Selon une personne proche du dossier, la présumée victime aurait déposé une plainte à la police de Gatineau au mois d'août 2020 et a été interrogée par les enquêteurs en septembre, après les reportages en concernant la suspension du permis de M. Vallée par l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ).

La cause a été remise au 8 mars 2021 pour permettre à la défense d’étudier la preuve.

«Ça va être une question d’évaluer la preuve et de rencontrer la procureure de la Couronne pour déterminer la marche à suivre», a expliqué Me Vincent Mendo, l’avocat de M. Vallée.

Audiences en avril 2021

Les allégations de nature criminelle contre M. Vallée n’ont été prouvées devant un tribunal.

Le nom de la présumée victime est frappé d’une ordonnance de non-publication.

M. Vallée travaillait pour la bannière Royal LePage.

Les audiences devant le comité de discipline de l’OACIQ concernant le chef d’accusation d’avoir contrevenu à l’honneur et à la dignité de la profession déposé contre M. Vallée auront lieu par visioconférence les 26, 27, 28, 29 et 30 avril 2021. 

Les présumées inconduites dont est soupçonné M. Vallée par l'OACIQ auraient eu lieu de 2016 à 2020.