Donald Beaulne a été condamné à purger 30 jours derrière les barreaux.
Donald Beaulne a été condamné à purger 30 jours derrière les barreaux.

Le citoyen «harcelant» de Thurso derrière les barreaux

Benoit Sabourin
Benoit Sabourin
Le Droit
Donald Beaulne, cet homme de 74 ans qui avait plaidé coupable en juin 2019 à des accusations de menaces, de harcèlement et d’intimidation à l’endroit du maire de Thurso, Benoît Lauzon, vient d’être condamné à purger 30 jours derrière les barreaux.

Le septuagénaire, qui avait brisé en juillet et en octobre dernier les ordres du tribunal l’interdisant de s’approcher de la résidence de M. Lauzon, n’avait plus le droit de se rendre sur le territoire de la Ville de Thurso depuis le 30 octobre 2019. 

Il a été arrêté de nouveau par des agents de la Sûreté du Québec, la semaine dernière, dans sa résidence, après avoir été aperçu par un voisin. Il s’agissait d’un troisième bris de condition pour le contrevenant qui a obtenu sa sentence pour son dossier d’harcèlement en fin de journée mardi, au palais de justice de Gatineau. 

Rappelons que lors de la campagne électorale municipale de 2017, M. Beaulne avait proféré des menaces à l’endroit du maire Lauzon et de sa famille. Il avait écrit une lettre au premier magistrat dans laquelle il faisait allusion au fait que ce dernier devrait un jour déplacer ses proches en fauteuil roulant. Pour éviter que cette situation se produise, M. Lauzon était invité à retirer sa candidature de la campagne à la mairie de Thurso.

Le maire de Thurso, Benoît Lauzon

Les conditions énoncées dans le verdict rendu mardi en fin de journée par le juge Mark Philippe prévoient que M. Beaulne pourra, une fois qu’il sortira de prison, retourner vivre dans son domicile. Il devra cependant être suivi par un agent de probation durant une période de deux ans et devra se soumettre à un couvre-feu strict, entre 20h et 6h. Il ne devra pas s’approcher à moins de 100 mètres de la résidence de M. Lauzon. 

Pour Benoît Lauzon, cette décision du tribunal était attendue avec impatience depuis très longtemps. 

«De voir la culpabilité de M. Beaulne fait en sorte que ce dossier est clos. Pour moi et ma famille, c’est un soulagement. Nous allons enfin pouvoir passer à autre chose et tourner la page de cette mésaventure qu’on vit depuis 2017», a-t-il confié au Droit.