Le jeune homme a tué deux jeunes frères, chez eux, à La Loche, avant de se rendre à l’école du village et d’y assassiner deux enseignants, en janvier 2016.

L’auteur de la tuerie de La Loche encourra une peine pour adulte

LA LOCHE — Le jeune homme qui avait presque 18 ans lorsqu’il a tué par balles quatre personnes dans son village du nord de la Saskatchewan, en 2016, sera finalement condamné à une peine applicable aux adultes.

Le jeune homme, aujourd’hui âgé de 20 ans, a tué deux jeunes frères, chez eux, à La Loche, avant de se rendre à l’école du village et d’y assassiner deux enseignants, en janvier 2016. La fusillade avait aussi fait sept blessés.

L’accusé, qu’on ne peut identifier puisqu’il n’était pas majeur au moment des faits, a reconnu sa culpabilité en octobre 2016 à deux chefs de meurtre au premier degré, deux chefs de meurtre au deuxième degré et sept chefs de tentative de meurtre.

Les observations sur la peine débuteront le 16 mars. Mais la juge Janet McIvor, de la Cour provinciale, a conclu vendredi que les risques de récidive étaient élevés et que compte tenu de l’impact profond qu’a eu cette fusillade sur la petite communauté, une peine pour jeune délinquant ne serait pas appropriée.

La juge, qui s’était déplacée au village vendredi pour annoncer sa décision, a rappelé le «niveau incroyable de violence» manifestée par le jeune homme à l’égard des deux jeunes victimes, Dayne et Drayden Fontaine. Elle a aussi souligné que l’attentat à l’école du village avait été soigneusement planifié, et que l’enseignant Adam Wood avait été atteint à deux reprises, pratiquement à bout portant.

La Couronne et plusieurs des victimes avaient souhaité que le jeune homme soit jugé comme un adulte. La poursuite a noté que l’adolescent avait fait des recherches sur internet concernant les armes et les fusillades dans les écoles. Le jeune a aussi voulu savoir sur internet comment on se sentait quand on tuait quelqu’un.

Son avocat avait demandé au tribunal une peine pour jeune contrevenant, plaidant que le jeune homme souffre du syndrome d’alcoolisme foetal et que des problèmes cognitifs ont entravé sa maturité.

Soulagement, mais...

Le maire de La Loche, Robert St. Pierre, a indiqué que la décision de la juge McIvoy satisfera bien des gens dans la communauté, lui y compris, mais qu’elle ne réglera rien. «Il y a encore des gens blessés (...) en colère, bouleversés, et on doit composer avec tout ça.»

On ignore encore ce qui a poussé le jeune homme à se livrer à pareille tuerie: l’accusé soutient qu’il ne savait pas ce qu’il faisait lorsqu’il appuyait sur la gâchette. Certains ont soutenu que l’adolescent était victime d’intimidation à l’école, mais l’accusé lui-même l’a nié devant les policiers.

Il a avoué qu’il regrettait d’avoir tué les deux jeunes frères Fontaine - ça ne faisait «pas partie du plan», qui consistait à tuer des jeunes à l’école, sans cible précise.

Selon l’exposé conjoint des faits, lu au tribunal, le jeune Dayne Fontaine, âgé de 17 ans, a imploré l’accusé de ne pas tirer, avant d’être abattu de onze coups de feu, dont deux à la tête. Son jeune frère Drayden, âgé de 13 ans, a été tiré à la tête à deux reprises. Il avait croisé à l’extérieur le tireur, qui l’a obligé à rentrer dans la maison.

La veille, l’accusé jouait à des jeux vidéo avec les deux victimes.

L’adolescent a ensuite publié deux messages en ligne: «Viens de tuer 2 pers.» et «Vais tirer dans l’école». Des caméras de surveillance ont par la suite filmé son sinistre carnage à l’école. À l’arrivée des policiers, l’adolescent s’est réfugié dans les toilettes des filles puis s’est rendu.