Mgr Paul Andre Durocher est d’accord avec le déclenchement d’une enquête sur les prêtres pédophiles.

L’archevêque de Gatineau veut entamer une démarche «analogue»

L’archevêque de Gatineau, Mgr Paul-André Durocher, accueille favorablement l’engagement de son homologue de Montréal de déclencher une enquête sur les agressions commises envers des mineurs par des prêtres pédophiles. Mgr Durocher a par ailleurs confirmé, cette semaine, qu’il prévoyait entamer des discussions sur «une démarche analogue» pour les diocèses de Mont-Laurier, Rouyn-Noranda, Amos et Gatineau.

Ces discussions au sein de la province ecclésiastique de Gatineau sont prévues à la fin du mois d’avril, a confirmé Mgr Durocher, par communiqué. Ce dernier, à l’extérieur du pays cette semaine, n’a pas réagi de vive voix.

«Les évêques de la province ecclésiastique de Gatineau (diocèses de Mont-Laurier, Rouyn-Noranda, Amos et Gatineau) accueillent favorablement l’initiative annoncée (mercredi) par l’archevêque de Montréal pour sa propre province ecclésiastique. Lors de notre prochaine rencontre à la fin du mois d’avril, nous étudierons en détail le processus mis en place à Montréal et discuterons d’une démarche analogue pour nos quatre diocèses», a écrit Mgr Durocher.

En entrevue à Tout le monde en parle, au début du mois, Mgr Durocher a déclaré que l’Église catholique devait «trouver des structures de «redevabilité» afin d’améliorer la confiance entre ses représentants et leurs fidèles.

À Ottawa, l’archevêque Terrence Prendergast n’a pas réagi au projet montréalais.

En vacances, Mgr Prendergast n’a pas commenté officiellement l’idée de lancer une telle enquête sur les agissements de prêtres pédophiles.

«La nouvelle est une surprise, a dit l’agent de Mgr Prendergast, Gilles Ouellette. On ne s’attendait pas à une telle décision (provenant de Montréal).»

Cette enquête doit être menée par l’ex-juge Anne-Marie Trahan, à la tête d’une équipe de dix personnes. L’enquête doit fouiller le passé des prêtres ayant été sous l’autorité de l’archidiocèse de Montréal. L’objectif de cette enquête annoncée est de dénombrer les religieux qui ont été ciblés par des allégations d’agression sexuelle sur des enfants.

Cette enquête doit durer deux ans.

La province ecclésiastique de Montréal comprend les diocèses de Montréal, Valleyfield, Saint-Jérôme, Joliette et Saint-Jean-Longueuil.

+

LE PAPE IMPOSE DE NOUVELLES RÈGLES

VATICAN — De nouvelles règles annoncées vendredi par le pape François imposent à tout le personnel du Vatican et à tous ses diplomates de dénoncer immédiatement toute agression sexuelle aux procureurs du Vatican, afin de servir d’exemple à l’Église catholique partout dans le monde.

C’est la première fois que le Vatican adopte des lois qui exigent des dirigeants catholiques qu’ils rapportent les allégations de crimes sexuels à la police, sous peine d’être incarcérés ou mis à l’amende.

Le pape a aussi publié de nouvelles règles de protection des enfants à l’intention du Vatican et de son séminaire, dans la foulée du scandale des agressions sexuelles qui secoue l’Église depuis plusieurs années.

Les nouvelles règles touchent uniquement le Vatican, les institutions qui y sont affiliées et son personnel diplomatique. Elles ont quand même une grande importance symbolique.

Avec Associated Press