Daniel Mackay a vu une série de chefs d’accusation s’ajouter à son dossier.

L’affaire du «drogueur-voleur» prend de l’ampleur

Déjà accusé d’avoir drogué des hommes au GHB pour voler leurs biens dans leurs résidences, Daniel MacKay voit une série de chefs supplémentaires s’ajouter à son dossier.

Le suspect de 34 ans est derrière les barreaux depuis son arrestation, cet hiver. L’enquête policière a progressé, ce qui a fait épaissir son dossier judiciaire, cette semaine.

Le 30 janvier, le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) annonçait l’arrestation de l’individu, indiquant qu’il aurait pu faire d’autres victimes.

Près d’une vingtaine d’accusations se sont ajoutées à son dossier, mercredi, selon des documents judiciaires consultés par Le Droit. On apprend d’ailleurs que MacKay aurait agi avec deux complices présumés.

Il est coaccusé, avec Joseph-Aurèle Ladouceur, 33 ans, et Tristan Buchan, 20 ans, d’avoir perpétré des introductions par effraction, des tentatives d’introduction, des vols de biens et de courrier, et d’avoir possédé des outils de cambriolage.

Élément non négligeable dans cette affaire, un chef de possession de GHB (la drogue du viol) a été déposé contre M. Ladouceur.

En janvier dernier, le SPVG expliquait que M. MacKay entrait en contact avec ses victimes par des applications de rencontres comme Grinder et Gay411. Selon l’enquête, l’individu s’attaquait surtout à des membres de la communauté gaie.

Après avoir organisé un rendez-vous chez sa cible, M. MacKay lui faisait ingérer du GHB (la drogue du viol), sans son consentement. La technique utilisée consistait à verser la drogue dans la consommation du résident.

Il en profitait ensuite pour s’emparer des biens du propriétaire qui, intoxiqué, était inconscient ou incapable de réagir.

Lors de l’appel au public, en janvier, le SPVG, disait enquêter sur deux plaintes, et craignait que d’autres victimes aient peur de parler.

Selon les enquêteurs, M. MacKay, utilisait d’autres prénoms comme Stéphane, Craig, Dan ou Stephen, lors de ses prises de rendez-vous.

Le suspect était déjà parti, lorsque la victime reprenait ses esprits.

Les nouveaux chefs ne précisent pas que d’autres personnes ont été droguées selon ce modus operandi.

Selon les nouveaux chefs d’accusation, Daniel MacKay, Tristan Buchan et Joseph-Aurèle Ladouceur ont frappé à différentes adresses du secteur Hull, soit les édifices à condos des 250 et 260, boulevard Maisonneuve, les 150 et 152, boulevard de Lucerne, le 224, boulevard Alexandre-Taché, et le 110, rue du Château.

Daniel MacKay est aussi connu de la police d’Ottawa, qui l’accuse d’avoir vendu en ligne de faux espaces de stationnement dans le centre-ville de la capitale, en 2017 et 2018.