François Charlebois est finalement de retour derrière les barreaux puisqu'il est accusé de menaces de mort et d'entrave à la justice.

L'accusé songeait à éliminer un témoin gênant

Un conducteur qui devait subir son procès la semaine prochaine pour un délit de fuite causant la mort d'un coureur, en 2016 à Gatineau, aurait menacé d'éliminer « un témoin gênant » afin d'éviter la prison. François Charlebois est finalement de retour derrière les barreaux puisqu'il est accusé de menaces de mort et d'entrave à la justice.
Le Cantléen de 30 ans est accusé d'avoir percuté le Gatinois Mark Laviolette, un coureur assidu, le matin du 10 janvier 2016. Pour éviter d'être heurtée par-derrière, la victime courrait à sens contraire de la circulation sur le boulevard Lucerne.
Mark Laviolette n'a eu aucune chance quand le véhicule utilitaire sport, présumément conduit par François Charlebois, a dévié de sa voie pour se retrouver dans le sens contraire de la circulation, et projeter le coureur dans les airs. Le chauffard a pris la fuite à toute vitesse, mais a été arrêté un peu plus tard par la police de Gatineau.
Le prévenu a été libéré sous cautionnement quatre jours plus tard, le 14 janvier 2016.
L'homme au passé trouble aurait fait des siennes depuis sa libération, jusqu'à la semaine dernière.
Menaces
Selon la Couronne, l'homme a menacé de mort son ex-belle-mère, afin que celle-ci se taise dans l'affaire de délit de fuite. Elle ferait partie de ceux qui ont reçu des aveux de l'homme.
Au palais de justice, jeudi, le sergent-détective François Gagnon, de la police de Gatineau, a décrit, dans les détails, le climat de peur imposé par l'homme à son ex-conjointe et à la mère de celle-ci.
« Madame a relaté que M. Charlebois voulait tuer sa mère parce qu'elle était une témoin gênante dans le dossier de délit de fuite », a expliqué le sergent-détective.
La Couronne a déposé de nouvelles accusations d'entrave à la justice et de menace de mort. « Tant qu'à aller en prison pour sept ans, je vais y aller pour 50 ans pour tuer ta mère », aurait lancé le suspect à son ex-conjointe.
François Charlebois, arrêté de nouveau, est retourné derrière les barreaux en attendant la suite des procédures judiciaires. Il a plaidé non coupable dans tous les dossiers. Il subissait son enquête sur remise en liberté provisoire, cette semaine. La juge n'a toujours pas rendu sa décision.
« Pendant l'enquête, et des mois après l'accusation (de délit de fuite mortel), des témoins sont venus me parler, a dit le sergent-détective. L'un d'eux a rapporté l'aveu de M. Charlebois qui aurait dit qu'il avait frappé l'homme tellement fort qu'il était sûr qu'il était mort, et que c'était pour cela qu'il avait fuit », a rajouté le policier-témoin.
Le sergent-détective a dressé le portrait d'un prévenu violent avec son ex-conjointe, et de sa vie marquée par le trafic de drogue au sein d'une organisation criminelle.