Les renforts annoncés par la Sûreté du Québec viendront « s’arrimer aux forces déjà en place » à Gatineau, a confirmé le directeur des communications de la SQ, l’inspecteur Guy Lapointe.

La SQ envoie du renfort en Outaouais

Devant la multiplication des fusillades à Ottawa et la crainte de voir ce type d’incidents déborder sur la rive québécoise de la rivière des Outaouais, la Sûreté du Québec entend prochainement déployer en Outaouais une nouvelle équipe d’intervention en matière de crime organisé qui viendra appuyer les efforts de l’Escouade régionale mixte, a appris Le Droit.

Le ministre de la Sécurité publique du Québec, Martin Coiteux, a indiqué, en entrevue, lundi, que l’«équipe d’intervention mobile de la SQ» mise sur pied cet automne sera bientôt déployée à Gatineau afin de venir en renfort aux forces policières locales qui luttent contre le crime organisé et les gangs de rue. « Quand on doit prêter des renforts, on le fait et c’est dans notre intention de le faire, a affirmé le ministre lorsque questionné sur les nombreuses fusillades qui ont lieu à Ottawa depuis plusieurs mois. L’Escouade régionale mixte est bien au fait du phénomène et elle fait appel à des ressources additionnelles au besoin. Notre équipe d’intervention mobile est prête à intervenir dans la région. »

« Force de frappe mobile »

Le directeur des communications de la SQ, l’inspecteur Guy Lapointe, a confirmé au Droit la venue prochaine de cette équipe d’intervention mobile en Outaouais. Il explique qu’elle est constituée d’enquêteurs spécialisés en matière de crime organisé, de spécialistes du renseignement et de patrouilleurs ayant une formation particulière pour lutter contre les bandes criminelles. 

« C’est une force de frappe mobile qui se déploie sur le territoire dans les cas de problématiques spécifiques et ciblées, a indiqué M. Lapointe. Son mandat sera de supporter les équipes d’enquêteurs locaux. Elle viendra s’arrimer aux forces déjà en place, tant au Service de police de Gatineau, qu’à la SQ-Outaouais et avec nos partenaires à Ottawa. Il a été jugé qu’il fallait envoyer cette équipe à Gatineau. Ça va permettre d’augmenter la capacité d’intervention et la force de frappe. »

Le ministre Coiteux et la haute direction de la SQ affirment que les coups de feu dirigés vers le bar le Pigale, en fin de semaine, ne sont pas l’élément déclencheur du déploiement de l’équipe d’intervention mobile. « Ça fait un bon moment déjà que tout ça est dans la mire de la SQ, précisé le ministre. Tout ça fait partie de la pression supplémentaire qu’on veut exercer sur le crime organisé. »

L’inspecteur Lapointe n’a évidemment pas précisé quelles seront les actions menées en territoire gatinois par l’équipe d’intervention mobile. « Le renseignement c’est le nerf de la guerre », a-t-il toutefois affirmé. Des actions de visibilité pourraient aussi être menées. Il n’a pas non plus déterminé combien de temps cette équipe spécialisée serait en Outaouais. 

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, n’a pas mentionné que cette intervention de la SQ était prévue sur le territoire de sa ville, lorsque questionné par Le Droit, lundi matin. Il a toutefois précisé qu’une des priorités des forces de l’ordre à Gatineau est la traque aux armes illégales. « Dès qu’on sait qu’il y a une arme illégale à Gatineau, on essaie de la saisir, a-t-il affirmé. C’est assez grave ce qui se passe de l’autre côté de la rivière, le nombre de fusillades, le nombre de décès par balle. On essaie de s’adapter et d’intensifier notre surveillance des gangs de rue.