La PPO tenue occupée par la crise des opioïdes

Les agents de la police provinciale de l’Ontario (PPO) sont à même de constater la crise des opioïdes et la croissance plus que considérable des surdoses, eux qui ont sauvé 102 vies depuis septembre 2017, moment où les policiers ont commencé à transporter la naloxone.

Selon la PPO, il y a eu une croissance de 121 % des cas de surdoses sur lesquels ses policiers sont intervenus de 2016 à 2018.

De septembre 2017 à novembre 2019, 66 % des personnes à qui l’antidote a été administré par les policiers provinciaux étaient des hommes. L’âge moyen des hommes à qui la naloxone fut prodiguée était de 31,5 ans comparativement à 32 ans chez les femmes. La majorité des cas de surdose sont survenus dans une résidence, a précisé la police. La plupart des surdoses sont survenues dans les régions centrale et ouest.

La PPO a indiqué que des accusations de négligence criminelle causant la mort ou d’homicide involontaire ont été déposées dans 13 dossiers de surdoses fatales au cours des quatre dernières années. Huit d’entre elles ont été portées en 2019.