Le dentiste bidon occupait des postes différents dans deux cliniques dentaires à Ottawa, et se présentait ouvertement comme dentiste sur Internet.

La police a une dent contre le suspect

La carrière d'un dentiste bidon qui étalait sa vie luxueuse sur le réseau social Instagram vient de prendre du plomb dans l'aile, puisque la police d'Ottawa a déposé contre lui des accusations de fraude et de faux semblant.
Omar Anwar, 29 ans, est accusé au criminel pour s'être fait frauduleusement passer pour un dentiste. Sur Internet, il vante sa vie de dentiste, vend ses produits et étale son curriculum vitae.
Omar Anwar est accusé de faux semblant, de possession et d'utilisation de documents appartenant à un véritable dentiste.
Mais Omar Anwar n'est pa dentiste. Il a usurpé des documents appartenant à un dentiste légitime pour vivre du fruit de son mensonge, selon l'enquête policière.
« En mai 2017, explique la police par communiqué, l'Unité des fraudes organisées a reçu une plainte au sujet d'un homme ayant demandé de subir les examens du Bureau national d'examen dentaire du Canada à l'aide de titres de compétence falsifiés. Pour passer l'examen, les candidats doivent être détenteurs d'un diplôme d'une école dentaire reconnue. »
En fait, le suspect avait réussi à mettre la main sur les attestations d'études d'un dentiste reconnu, et à changer le nom y apparaissant.
Le dentiste bidon occupait des postes différents dans deux cliniques dentaires à Ottawa.
M. Anwan a comparu vendredi, au palais de justice d'Ottawa.
Omar Anwar affichait fièrement son «mode de vie de dentiste» sur son compte Instagram.
Sur le site de réseautage d'affaires Linkedin, il affirme oeuvrer chez Harmony Dentistry.
Il ajoute le titre de chirurgien dentaire «depuis juin 2014».
Sur Instagram, il multiplie les photos de voitures aux prix mirobolants et les allusions à sa vocation professionnelle.
«Je travaille avec la plus récente technologie en soins dentaires et avec les innovations les plus récentes apportées par la recherche dentaire, la technologie et les méthodes de traitement», lit-on sur son compte.