«Ce n'est pas de l'eau qui vient de la rivière, c'est vraiment les pluies abondantes qui ont toutes sortes de conséquences», a précisé le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

La pluie abondante provoque des maux de tête

La pluie abondante cause d'importants maux de tête un peu partout à travers la région. Des rues sont fermées et certains secteurs se retrouvent isolés, au point où les autorités proposent des évacuations sur une base volontaire aux sinistrés. Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, assure toutefois «qu'on n'est pas en train de revivre ce qu'on a vécu au printemps».

C'est un lundi matin chaotique auquel ont eu droit de nombreux résidents de la région.

En conférence de presse lundi avant-midi pour faire le point sur la situation, le maire Pedneaud-Jobin a indiqué que même si la situation actuelle est «importante», «le niveau des rivières est en deçà des seuils d'alerte». «Ce n'est pas de l'eau qui vient de la rivière, c'est vraiment les pluies abondantes qui ont toutes sortes de conséquences», a-t-il précisé.

Les pluies diluviennes frappent aussi durement la municipalité de La Pêche. Le maire Robert Bussière y a décrété les mesures d'urgence en matinée.

«La sécurité civile est en route pour évaluer les dégâts et apporter de l'aide aux autorités municipales, et les services d'urgence sont déjà sur le terrain, là où le besoin se fait le plus sentir  », a indiqué la municipalité par voie de communiqué en précisant que «la priorité est donnée aux gens isolés et malades  ».

La situation est également critique à Val-des-Monts, alors qu’une douzaine d’élèves ne peuvent sortir de l’école de la Colline. Les routes qui y donnent accès sont toutes inondées. Leur sécurité ne serait toutefois pas en jeu.

Par ailleurs, la Commission scolaire des Draveurs (CSD) annonce qu’après avoir consulté l’ensemble de ses partenaires et considérant la dégradation du réseau routier, elle invite les parents des élèves qui fréquentent ses écoles situées en zone rurale, soit les écoles de l’Équipage, Sainte-Élizabeth, de la Rose-des-Vents et de l’Orée-des-Bois, à venir récupérer leurs enfants dès qu’ils le peuvent, si cela s’avère possible. 

Pour le reste des établissements, lesquels sont situés à Gatineau, c’est le statu quo et le transport scolaire devrait avoir lieu comme prévu, indique le porte-parole de la CSD, Patrick Courville.

Des infiltrations d’eau mineures sont signalées dans certaines écoles, mais rien qui mette la sécurité des élèves en jeu, ajoute-t-il. 

La route 307 à Val-des-Monts est fermée dans les deux directions à la hauteur de la route du Carrefour. Une importante accumulation rend la circulation très difficile dans le secteur. Le ministère des Transports indique que la fermeture est d’une durée indéterminée.

La plupart des maisons du chemin Sauvé ont été évacuées.

Ailleurs, des terrains et des tronçons sont lourdement affectés dans l’est de Gatineau.

Les environs des 600, Maloney Est, ainsi que la rue Saint-Louis sont inondés. Plusieurs rues entre les boulevards Labrosse et Lorrain sont fermées.

Les boulevards Saint-René et Maloney sont fermés dans l’est, ne laissant pratiquement aucune route disponible, à part la 50, pour les résidents des environs qui veulent se rendre à Ottawa. Le boulevard Lorrain est complètement inondé. Des autos sont submergées entre l'autoroute 50 et la rue Forget.

La situation était un peu plus corsée à 10h30, sur le chemin des Terres. Des tronçons ont été fermés à la circulation à cause de trop grands amoncellements d’eau.

En plus des rues inondées, les deux voies de l’autoroute 50 en direction d'Ottawa ont été fermées en matinée, dans la bretelle donnant accès à l’échangeur de l’autoroute 5, au boulevard Maisonneuve et au pont Macdonald-Cartier.

Cet imbroglio a été provoqué par le renversement d’un camion lourd de 45 pieds. La situation est maintenant rétablie.

Une voie de l'autoroute 50 est toutefois fermée à la circulation afin de permettre aux véhicules d'urgence d'accéder au parc de maisons mobiles Riviera.

Ce camion lourd s'est renversé, ainsi que sa cargaison, lundi matin.

Le parc de maisons mobiles Riviera durement touché

Au parc de maisons mobiles Riviera, un  des endroits «  les plus critiques  » selon le maire de Gatineau, des résidents ne peuvent accéder à leur résidence. La 2e avenue est particulièrement touchée.

Pierre Boucher avait bon espoir de rester chez lui, vers 10h, même si l’eau frôlait sa parcelle de terrain. « C’est en train de baisser », a dit le résident, en regardant le niveau de l’eau sur la 2e avenue.

M.  Boucher n’a jamais vu une situation pareille en cinq ans, mais des voisins se rappelaient qu’une pareille inondation était survenue « il y a 5 ou 6 ans ».

Les maisons n’ont pas été inondées, car elles sont surélevées et n’ont pas de sous-sol.

« Mon voisin a évacué, termine M.Boucher. Le seul danger est probablement les fils de chauffage dans le plancher qui risquent de toucher à l’eau si ça continue de monter. »

Pendant que les résidents du secteur constataient avec surprise le phénomène, des pompiers de Gatineau faisaient la tournée des quartiers affectés pour s’assurer que personne ne soit prisonnier de sa maison.

Des évacuations volontaires sont en cours au parc de maisons mobiles Riviera. Le centre communautaire Le Baron est prêt à accueillir les sinistrés. «  On se prépare pour accueillir toutes les personnes qui pourraient faire ce choix-là, a indiqué Maxime Pedneaud-Jobin. On a des autobus qui sont là pour les transporter. […] Absolument tout est en place pour cette opération-là.  »

Ailleurs à Gatineau, les employés municipaux réalisent des inspections pour s'assurer que les infrastructures tiennent le coup et pour dégager les puisards. «Dans certains cas, c'est carrément les feuilles qui bloquent, ce qui provoque des inondations de surface», a mentionné le maire.

« Le pire est passé »

Selon Alexandre Parent, météorologue chez Environnement Canada, ce sont près de 100 mm de pluie qui sont tombés dans la région depuis samedi soir. Le plus important de ces précipitations est venu entre 20h dimanche soir et 8h lundi matin, soit environ 72 mm, selon les données enregistrées à l’aéroport d’Ottawa.

Il y a eu plus de pluie dans l’ouest de la région, ajoute le météorologue.

La pluie devrait cesser sous peu, mais des vents forts devraient continuer de souffler dans la région au courant de l’après-midi.

Au cours des prochains jours, la pluie continuera de tomber à Ottawa, Gatineau et les environs, mais on parle davantage d’averses isolées.

« Il n’y a pas d’autre gros système à l’horizon pour cette semaine. […] Le pire est passé », explique M. Parent.

Résidences inondées

Sur la rue Jolicoeur, dans le quartier Mont-Bleu, plusieurs résidents ont dû aller louer des pompes au petit matin pour affronter ce lundi pénible.

« Il y avait deux pieds d’eau dans le sous-sol, a raconté Eugenine Sfeir, mère d’une famille de trois enfants. Tout est fini. »

La famille a été alertée par l’aîné, Joe Younes, dont la chambre est au sous-sol. « À environ 5h30, j’ai entendu des bruits, je pensais que c’était de l’eau qui coulait, a-t-il raconté au Droit. J’espérais que ce ne soit pas ça, mais j’ai mis mon pied à terre et il y avait deux pieds d’eau. »

Les pompiers de Gatineau se sont présentés sur place afin de couper l’alimentation électrique du sous-sol, car l’eau avait grimpé jusqu’à la hauteur des prises de courant.

La famille, tout comme d’autres résidents du coin, avait aussi été touchée par les inondations de la Saint-Jean-Baptiste 2014. Il y avait toutefois eu moins d’eau à l’époque. En 2014, de 30 000 à 40 000 de travaux avaient été nécessaires, se souvient Mme  Sfeir.

Lundi, il leur a fallu attendre une demi-heure pour joindre leur assureur. Ils attendent maintenant de savoir jusqu’à quelle hauteur ils seront indemnisés.

Du côté d'Ottawa, la situation est moins problématique mais la Ville signale avoir reçu 173 appels pour des sous-sols inondés depuis dimanche après-midi.
Quelques tronçons de rues sont fermés dus à l'accumulation d'eau, majoritairement dans l'ouest et le sud de la capitale. À 13h45, la situation s'était presque résorbée. Des arbres se sont également affaissés à quelques endroits. Quatre parcs municipaux sont aussi inondés. 

Évacuations par le CISSSO

Trois résidences intermédiaires ont été évacuées par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), lundi matin.

Le CISSSO précise qu’il s’agit d’une mesure préventive en raison « de l’importante accumulation d’eau et des coupures électriques dans ce secteur ».

Seulement 13 personnes sont affectées par cette situation et elles sont temporairement logées dans un centre de jour situé près de leur résidence intermédiaire. Ces usagers à mobilité réduite devraient pouvoir regagner ces résidences d’ici la fin de la journée.

Pannes d'électricité

Au bilan de midi, un peu plus de 8000 clients d’Hydro-Québec étaient privés de courant en Outaouais. 

À l’échelle québécoise, on comptait près de 200 000 abonnés sans électricité. Outre l’Outaouais, les régions les plus touchées sont la Montérégie, les Laurentides et l’Estrie, entre autres. 

De l’autre côté de la rivière, Hydro Ottawa rapportait environ 3000 clients privés de courant plus tôt en matinée, mais la situation se résorbe d’heure en heure. 

Impact sur la campagne électorale

Les trois principaux candidats à la mairie de Gatineau, Sylvie Goneau, Maxime Pedneaud-Jobin et Denis Tassé ont tous annulé des activités médiatiques prévues aujourd'hui en raison de la mauvaise température.

D'ailleurs, plusieurs pancartes électorales aux quatre coins de la ville ont été victimes des intempéries. La pluie et les forts vents, ce matin, ont eu raison d'un grand nombre d'affiches.

Avec Daniel LeBlanc et Mathieu Bélanger