Maude Gaumont a rapidement enregistré un plaidoyer de culpabilité dans l’affaire du clown Atchoum.

La défense veut préciser l’état mental de la harceleuse d'Atchoum le clown

L’état mental de la harceleuse du clown Atchoum pourrait être précisé dans le rapport présentenciel demandé par la défense, vendredi.

L’avocate de Maude Gaumont, Me Catherine Paré-Gascon, a précisé que le plaidoyer de culpabilité de sa cliente est arrivé tôt dans les procédures judiciaires, entamées l’année dernière.

Le rapport présentenciel doit être terminé d’ici le 16 avril, date à laquelle Mme Gaumont pourrait recevoir sa sentence pour harcèlement et production de faux messages à l’endroit de celle qui incarne le clown Atchoum, Véronique Gagné.

« Nous tenterons d’en venir à une entente avec la Couronne, afin de présenter conjointement une sentence au juge, a expliqué Me Paré-Gascon. Sinon, nous devrons plaider dans le cadre d’une sentence contestée. »

Le rapport présentenciel doit permettre d’en savoir davantage sur l’état d’esprit de l’accusée de Mayo, en Outaouais.

« Sa situation est particulière au sein de sa collectivité, admet l’avocate de la défense. Des antécédents judiciaires pourraient avoir un impact sur son implication sociale. »

Me Paré-Gascon fait allusion aux implications de Mme Gaumont dans des campagnes de financement pour l’amélioration de soins de santé pour les enfants.

« Ma cliente a rapidement reconnu les faits qui lui sont reprochés », explique l’avocate.

L’affaire est entendue au palais de justice de Saint-Hyacinthe, puisque la victime a porté plainte dans cette région, où elle réside.

+

UNE AUTRE PRÉSUMÉE VICTIME SE MANIFESTE

Une femme de l’Outaouais dit avoir également été victime de harcèlement de la part de Maude Gaumont.

Valérie da Silva est la mère d’une enfant qui a besoin de traitements dans une chambre hyperbare. Elle affirme que Mme Gaumont l’a contactée au cours des derniers mois pour lui offrir son aide.

Pour diverses raisons, cette mère a choisi une autre avenue pour financer l’achat d’une chambre hyperbare pour son enfant. 

C’est à ce moment que des messages désobligeants — en privé et en public — ont commencé à lui être envoyé par de nombreux comptes différents sur les médias sociaux, des comptes systématiquement effacés dans les heures après l’envoi des commentaires.

Valérie da Silva soutient avoir gardé tous les messages désobligeants reçus depuis ses premiers contacts avec Maude Gaumont. 

Elle dit réfléchir à la possibilité d’imiter l’interprète d’Atchoum le clown et de porter plainte à la police, ou encore venir en aide à l’actrice Véronique Gagné dans ses procédures judiciaires.