Karell Tanguay

Karell Tanguay accusée d’avoir causé la mort de son amie

Karell Tanguay de Sherbrooke est formellement accusée d’avoir causé la mort de son amie Olivia Drozdoski-Richardson lors d’un accident de la route survenu en Montérégie en juillet 2018.

La jeune femme de 22 ans qui réside maintenant à Montréal faisait l’objet d’un mandat d’arrestation émis le 17 janvier. Elle a comparu par vidéo à partir du poste de police de la Sûreté du Québec de Salaberry-de-Valleyfield, mercredi, devant la juge Joey Dubois de la Cour du Québec du palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield.

À lire aussi: Onde de choc après le décès tragique d’Olivia Drozdoski-Richardson

Karell Tanguay était au volant d’un véhicule lorsqu’elle a été impliquée dans une collision mortelle survenue sur la route 132 à Saint-Stanislas-de-Kostka dans le secteur de Beauharnois-Salaberry le 15 juillet 2018.

La passagère Olivia Drozdoski-Richard est décédée des suites de ses blessures.

Le véhicule conduit par Karell Tanguay aurait dévié de sa trajectoire pour percuter un véhicule qui venait en sens inverse. Les occupants de l’autre véhicule ont été blessés lors de cette collision. 

Quelques heures avant la collision mortelle sur les réseaux sociaux, on pouvait voir la victime et la conductrice participer à une fête entre amis sur un plan d’eau près de Salaberry-de-Valleyfield.

Après une enquête de près de six mois de la Sûreté du Québec, des accusations criminelles ont été déposées contre Karell Tanguay qui avait aussi subi de graves blessures lors de la collision.

Elle doit répondre d’accusations de conduite dangereuse causant la mort et des lésions corporelles, de conduite avec les facultés affaiblies causant la mort et des lésions corporelles et de conduite avec un taux d’alcoolémie de plus de 80 mg d’alcool par 100 ml de sang causant la mort et des lésions corporelles. 

L’accusée a été libérée après s’être engagée à respecter diverses conditions, dont celle de ne pas conduire pour la durée des procédures judiciaires. 

Karell Tanguay ne peut pas non plus communiquer avec les victimes ou leurs familles et ne pas consommer d’alcool ou de drogue.

Elle a dû déposer 3000 $ aux greffes du palais de justice pour garantir le respect de ses conditions de remise en liberté.

Son dossier reviendra devant le tribunal le 15 mars.

Me Patrick Cardinal représente le ministère public dans cette affaire, tandis que Me Andréanne Blais défendait l’accusée au moment de sa comparution.

Olivia Drozdoski-Richardson