Le directeur des poursuites criminelles et pénales a décidé qu’aucune accusation ne serait portée envers M. Trépanier, alors que le SPVG a fait son mea-culpa en indiquant qu’une erreur avait été commise par le policier qui a reçu la plainte.

Journaliste arrêté: pas de poursuite contre le SPVG

Radio-Canada et le journaliste Antoine Trépanier ont annoncé mercredi qu’ils n’intenteront pas de poursuite contre le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) à la suite de l’arrestation de ce dernier le 13 mars dans le cadre d’une démarche journalistique.

Dans les heures précédant l’arrestation, la personne visée par le reportage préparé par le journaliste, soit la directrice générale des Grands Frères Grandes Soeurs de l’Outaouais, Yvonne Dubé, avait porté plainte contre lui pour harcèlement criminel.

Après enquête dans les jours suivants, le directeur des poursuites criminelles et pénales a décidé qu’aucune accusation ne serait portée envers M. Trépanier, alors que le SPVG a fait son mea-culpa en indiquant qu’une erreur avait été commise par le policier qui a reçu la plainte.

« Après mûre réflexion, j’en suis venu à la conclusion qu’il fallait tourner la page et me concentrer sur mon travail. Mon arrestation m’a empêché de couvrir certains sujets pour des raisons éthiques. Intenter une poursuite contre qui que ce soit ne m’aiderait pas à exercer mon métier librement et de façon indépendante. [...] Ce malheureux épisode est maintenant chose du passé », a commenté Antoine Trépanier.

Son employeur a de son côté indiqué qu’il respectait tout à fait ce choix. Le dossier n’est pas encore tout à fait clos car à la suite d’une plainte déposée par un professeur du cégep Gérald-Godin, Vania Atudorei, une enquête sera menée par le Commissaire à la déontologie policière du Québec. Le journaliste du diffuseur public prévoit collaborer à la démarche.

Un rapport à ce sujet doit être publié d’ici la fin septembre.