La peine de Marc Jémus reste à être déterminée.

Jémus coupable de la majorité des accusations

Impliqué dans un scandale de fraude surnommé «mini Norbourg» Marc Jémus a été reconnu coupable vendredi, au palais de justice de Gatineau.

Au total, Jémus était accusé d’avoir floué 77 investisseurs. Le juge Serge Laurin l’a déclaré coupable pour 67 de ces personnes sans toutefois lire l’ensemble de sa décision devant la cour, celle-ci faisant 218 pages.

Marc Jémus est notamment connu comme membre d’un trio, avec François Roy et Robert Primeau, accusé dans une affaire surnommée le «mini Norbourg». La Couronne fédérale a déposé deux chefs d’accusation contre chacun des trois hommes, un pour les crimes qu’ils auraient commis ensemble et un pour des actions posées individuellement.

La peine reste à être déterminée dans le cas de Marc Jémus. En mars 2015, Robert Primeau a été condamné à près de 46 mois de pénitencier. Un an plus tard, François Roy a quant à lui écopé de 40 mois. 

Jémus, Roy et Primeau font également l’objet d’un recours collectif de 12 millions $, depuis 2010, une affaire qui n’a toujours pas été réglée.

En 2014, Jémus a été reconnu coupable de 28 chefs d’accusation déposés par l’Autorité des marchés financiers. On lui reprochait d’avoir fait investir des gens sans les autorisations nécessaires, en contravention avec les lois sur le courtage des valeurs mobilières.

Détention préventive évitée

Dès que le verdict de culpabilité a été prononcé, la procureure de la Couronne fédérale, Me Geneviève de Passillé, a demandé la détention du fraudeur.

Me de Passillé a argumenté que Marc Jémus s’expose à une longue peine d’emprisonnement en plus de souligner que, depuis 2009, l’accusé est sorti du Canada à 21 reprises et qu’il a, entretemps, épousé une femme d’origine colombienne.

L’avocat de la défense, Me Jean-Michel Labrosse, a protesté contre cette requête en affirmant que c’était «capricieux» de la part de la procureure de la Couronne d’exiger la détention immédiate. 

Bien que son client ait quitté le pays à 21 reprises, il a insisté sur le fait qu’il était aussi revenu à 21 reprises pour faire face à la justice. 

Le magistrat a tranché que la détention préventive n’était pas nécessaire, même si Marc Jémus a perdu le bénéfice de la présomption d’innocence. 

Il a toutefois dû s’engager à rester dans la province de Québec ou dans la région d’Ottawa-Carleton, en plus de remettre son passeport au tribunal.

+

NOUNOU ACCUSÉE DE VOIES DE FAITS À OTTAWA

Une gardienne d’enfants a été accusée de voies de fait sur de très jeunes enfants, a annoncé vendredi le Service de police d’Ottawa (SPO). 

La police d’Ottawa a reçu le mois dernier une plainte à propos d’une femme qui aurait agressé deux enfants de moins de deux ans dont elle avait la responsabilité. 

Une enquête a été instituée par l’Unité contre les agressions sexuelles et la violence faite aux enfants du SPO. 

Deux accusations de voies de fait et deux accusations d’avoir failli à fournir les choses nécessaires à l’existence ont été déposées vendredi contre la suspecte dans cette affaire, Kaylee Lewis, 26 ans, d’Ottawa. 

Les autorités policières craignent qu’il puisse y avoir d’autres victimes puisque l’accusée est gardienne d’enfants depuis plusieurs années et qu’elle était aussi impliquée dans des programmes parascolaires après les classes.