Selon des informations transmises au Directeur des poursuites criminelles et pénales, l’individu de 31 ans s’en est pris à la boutique érotique pour une question de valeurs qui n’étaient pas les siennes.

Incendiée pour une question de «valeurs»

La boutique Sensation Plus du boulevard Saint-Joseph, à Gatineau, a été incendiée à deux reprises en quelques jours, car le commerce allait « à l’encontre des valeurs du suspect », a appris Le Droit.

Il ne s’agit pas d’un cas de pyromanie ou d’une histoire de vengeance personnelle envers les propriétaires, qui ne font que la promotion des plaisirs coquins, charnels et consentants.

Selon des informations transmises au Directeur des poursuites criminelles et pénales, l’individu de 31 ans s’en est pris à la boutique érotique pour une question de valeurs qui n’étaient pas les siennes.

Le sergent Jean-Paul LeMay, de la police de Gatineau, n’a pas voulu confirmer qu’il s’agissait — ou pas — d’un crime haineux, vendredi, répétant que l’affaire était maintenant sous la responsabilité des tribunaux.

Ce serait le premier incident du genre dans les quatre succursales gatinoises.

Abdessadek Anas, un Gatinois originaire du Maroc, maintient son plaidoyer de non-culpabilité. Il doit revenir en cour en décembre prochain.

La police de Gatineau a confirmé, il y a un mois, l’arrestation de l’individu de 31 ans pour deux incendies criminels et un méfait envers le même commerce du 569, boulevard Saint-Joseph.

Selon la preuve du ministère public, M. Anas a lancé une roche dans la vitrine du commerce, déclenchant l’alarme, le 13 septembre.

Un premier incendie a été allumé dans la vitrine et le présentoir du commerce, le 18 septembre. Le brasier s’est éteint par lui-même.

Un incident identique s’est produit le 21 septembre.

Des caméras de surveillance à l’intérieur du bâtiment ont capté de premières images de l’incendiaire.

Les propriétaires ont ensuite installé des caméras extérieures, ce qui a aidé les policiers à identifier l’individu.

Les policiers ont intercepté Anas Abdessadek, le 24 septembre, à 3 h 20, à l’intersection de la rue Marengère et du boulevard Saint-Joseph. Les agents ont rapidement reconnu l’individu, qui semblait se rendre au même endroit, avec deux contenants d’essence, un carton et un briquet.

Il a depuis été libéré moyennant une caution de 300 $.

La Couronne a déposé deux chefs d’incendie criminel, un chef de méfait et un dernier de possession de matière incendiaire.

Un des propriétaires des boutiques Sensation Plus a préféré ne pas commenter publiquement de l’affaire, vendredi.