Incendie mortel dans le nord de l'Ontario : l’enquête se poursuit

KITCHENUHMAYKOOSIB INNINUWUG — Les autorités tentent toujours de déterminer les causes de l’incendie qui a vu périr jeudi une mère et quatre de ses jeunes enfants sur le territoire d’une Première Nation du nord de l’Ontario.

Le chef de la Première Nation Kitchenuhmaykoosib Inninuwug, Donny Morris, a dit dimanche que l’enquête suivait son cours.

Il a ajouté que les corps des victimes devraient être transportés dimanche soir ou lundi à Toronto pour y être formellement identifiés.

L’incendie s’est déclenché jeudi matin dans cette collectivité située à environ 600 km au nord de Thunder Bay.

M. Morris a fait savoir que les quelque 1000 résidants ont été « très bouleversés » par la tragédie. Selon lui, la population reçoit un « grand » soutien de tous les ordres de gouvernement. La Première Nation reçoit de l’argent, des vivres. Des ressources humaines se dirigent vers l’endroit.

« Il s’agit pour moi d’un événement très tragique en raison du nombre de familles impliquées qui sont bouleversées », a-t-il déclaré. Lui-même connaissait cette famille.

« Je suis heureux du soutien que l’on reçoit des collectivités environnantes », a-t-il ajouté.

Les victimes sont une mère célibataire et quatre de ses enfants âgés respectivement de six, sept, neuf et douze ans.

M. Morris a aussi indiqué qu’une des filles était absente pour des raisons médicales au moment de la tragédie. Elle est revenue et « la nouvelle l’a durement affectée ».

Le mauvais temps nuit à l’enquête, a souligné M. Morris.

« Présentement, nous subissons un blizzard. Cela complique l’enquête. »