Le refuge pour sans-abri Gîte Ami, situé dans le secteur Hull, a été la proie des flammes vers 22h30, le 31 décembre.
Le refuge pour sans-abri Gîte Ami, situé dans le secteur Hull, a été la proie des flammes vers 22h30, le 31 décembre.

Incendie au Gîte Ami, la veille du jour de l’An

Le refuge pour sans-abri Gîte Ami, situé dans le secteur Hull à Gatineau, a été la proie des flammes quelques heures à peine avant le passage vers la nouvelle décennie.

Les pompiers de Gatineau ont répondu à un appel concernant un brasier qui s’était déclaré dans des débris situés à l’extérieur contre le mur arrière du bâtiment, vers 22h30 le mardi 31 décembre. «Une propagation vers l’intérieur via la hotte des cuisines fut limitée à cet endroit», indique le Service sécurité incendie.

Heureusement, personne n’a été blessé dans l’incendie. L’étendue des dommages matériels n’est toujours pas connue pour l’instant.

La direction de l’établissement a précisé sur sa page Facebook, peu après minuit, que tous les résidents et les employés «ont été évacués dans un autobus de la Société de transport de l’Outaouais et (qu’ils) seront ensuite relocalisés ailleurs pour la nuit, notamment à la Soupe populaire de Hull».

La directrice générale du Gîte Ami, Lise Paradis, a souligné en entrevue avec Le Droit que les responsables du refuge ont rapidement dû trouver une solution tard mardi soir pour reloger les sans-abri.

«Il fallait trouver une solution rapide. J’ai immédiatement téléphoné à Michel Kasongo, le directeur général de la Soupe populaire de Hull qui nous a accueillis sans problème.»

Depuis le 1er décembre, en collaboration avec divers partenaires du milieu communautaire gatinois, le Gîte Ami offrait aux personnes itinérantes un hébergement hivernal temporaire supplémentaire à la Soupe populaire de Hull. 

«L’an dernier, on avait mis en place une halte-chaleur, là cette année c’est différent parce qu’on s’est rendu compte que le manque de sommeil devenait problématique. Malheureusement on avait seulement 25 lits à notre disposition à la Soupe populaire pour héberger les sans-abri qui n'ont pas de place chez nous», indique Mme Paradis en précisant qu’elle est en constante communication avec la Ville pour trouver de l’hébergement supplémentaire pour accueillir les personnes sans-abri jusqu’à ce que les services du Gîte soient rétablis.

D'ailleurs, la Croix-Rouge a été appelée en renforts pour venir en aide à la Ville de Gatineau et au Gîte Ami dans le processus de «relocalisation des services aux sans-abri». 

La Croix-Rouge a annoncé du même coup que des services seront disponibles au Centre communautaire Fontaine, situé au 120, rue Charlevoix, dans le secteur Hull.

Une série de malchances

Le Gîte Ami n’en est pas à sa première mésaventure en cette période du temps des Fêtes. Le 24 décembre dernier, une fuite d’eau dans la cuisine a mis un frein aux opérations de Noël du Gîte. Puis, moins de 24 heures plus tard, la journée de Noël, un drain bouché a été à l’origine d’une autre inondation dans les locaux du refuge. L’incendie de mardi est «la cerise sur le sundae», selon Mme Paradis.

«Les résidents collaborent, déjà que ce n’est pas facile de passer les Fêtes dans un refuge pour sans-abri, de vivre ça en plus, ce n’est vraiment pas évident.»

«J’étais sous le choc. Moi j’étais à Maniwaki, il a fallu que je gère ça à distance, le temps que je m’en revienne ici. Je me sentais prise là-bas, les chemins étaient enneigés. Avoir été seule, je ne crois pas que j’aurais pu revenir avec ma petite voiture. C’est difficile à vivre comme situation», renchérit-elle.

Les clients du Gîte Ami contactés par Le Droit ont tous mentionné être inquiets pour leurs effets personnels, qui sont demeurés dans les casiers du refuge, qui lui reste inaccessible en raison de l’enquête policière. Certains clients s’inquiètent aussi pour leurs médicaments. Mme Paradis souligne que le Gîte Ami fait affaire avec une pharmacie qui pourra aider les résidents à obtenir la médication qu’ils ont besoin.

Avec Louis-Denis Ebacher, Le Droit