La Jetta 2016 n'a pu résister à la pression indue mise par une planche à roulettes.

Il met le feu à son véhicule... avec sa planche à roulettes

La police de la MRC des Collines se demande encore ce qui a pu passer par le tête d'un automobiliste qui a tenté de pousser sa voiture après avoir bloqué l'accélérateur... avec sa planche à roulettes.
L'idée du jour revient à un homme de 24 ans qui s'est enlisé dans un banc de neige, vers minuit, à Cantley.
«Difficile à imaginer, mais cela s'est vraiment passé comme cela», prévient le sergent Martin Fournel, de la police de la MRC des Collines. De son côté, le conducteur s'est plaint au Droit du sort que lui avait réservé les services policiers, lors de l'incident.
Après avoir raté un virage en U dans un stationnement commercial de la montée de la Source (route 307), le jeune conducteur s'est enlisé dans un banc de neige, devant un commerce.
Seul pour pousser la voiture, il s'est vite découragé à attendre les services d'un remorqueur, qui, en raison des conditions météorologiques difficiles, accusait un délai de deux heures avant de pouvoir se rendre sur les lieux.
L'idée est venue au conducteur de la Jetta de mettre la transmission à la position «reculons», puis de coller l'accélérateur au plancher, et de bloquer la pédale avec sa planche à roulettes.
Pendant ce temps, jugeait-il, il pouvait sortir du véhicule pour pousser sur le capot de la voiture et la faire reculer. «Il croyait être en mesure de retourner derrière le volant une fois que la voiture était en mouvement», a expliqué le policier.
Sauf que les portes de la Jetta se sont verrouillées automatiquement...
Le pauvre jeune homme est resté pris dehors, alors que les pneus de sa voiture tournaient sur la neige.
Le temps a fait son oeuvre et le moteur, qui tournait à haut régime, a pris feu.
Il s'est résigné à appeler la police.
Sur place, les policiers et pompiers ont constaté que le feu était éteint.
En fin d'après-midi, mercredi, le conducteur a contacté Le Droit pour se plaindre de la lente réaction de la police de la MRC des Collines. «Je les ai appelés, mais ils ont mis 30 ou 40 minutes avant d'arriver sur la scène. C'est à cause d'eux autres si mon auto a pris en feu», de nous indiquer le jeune homme qui n'a pas voulu se nommer.
Sa voiture, un modèle 2016, semblait bon pour la ferraille,
«L'échec était prévisible, que ça fonctionne ou pas, a noté le sergent Fournel. Si la voiture avait bougé, elle aurait reculé dans le commerce. D'une façon ou d'une autre, ce n'était pas gagnant.»
L'alcool n'est pas en cause et personne n'a été blessé.