L'accusé, Ronald Jr Brazeau, n'en a pas encore fini avec les tribunaux.

Homicide de Travis Votour: une «première peine» pour Ronald Jr Brazeau

Ronald Jr Brazeau, au cœur d’une saga judiciaire pour double homicide dans le secteur Aylmer, écope d’un peu plus de six ans de prison pour la mort de l’homme du couple, assassiné en 2014.

La juge Anouk Desaulniers l’a condamné à purger une peine de 60 mois, soit cinq ans, pour l’homicide involontaire de Travis Votour, duquel il a plaidé coupable, le 12 juin 2017.

La juge lui a imposé 20 mois supplémentaires pour trafic de drogue.

Le temps de sa détention préventive compte pour un peu plus de cinq ans, soit 64 mois. Le détenu devra donc patienter au moins 15 mois derrière les barreaux.

Ronald Jr Brazeau n’est pas au bout de ses peines, car il doit toujours répondre à l’accusation de l’homicide involontaire de la conjointe de Travis Votour, Amanda Trottier, abattue en même temps que ce dernier, en janvier 2014.

Les victimes du double meurtre survenu en janvier 2014 dans le secteur Aylmer, Amanda Trottier et Travis Votour.

Selon la Couronne, M. Brazeau a retenu les services de René Samson Von Richter et de Sonia Vilon pour régler ses comptes avec M. Votour, à la suite d’un vol de drogue. Mme Vilon et M. Von Richter purgent actuellement leurs peines pour homicide involontaire et meurtre au second degré.

Cependant, M. Brazeau a répété à maintes reprises qu’il n’en voulait pas à Mme Trottier, et qu’il n’avait jamais demandé à ce qu’on s’en prenne à cette dernière.

Selon « June » Brazeau, il n’aurait que demandé à M. Samson Von Richter de donner une « drette » à Travis Votour pour le punir d’avoir volé sa drogue.

La juge Desaulniers a par ailleurs ordonné un nouveau procès pour l’homicide involontaire d’Amanda Trottier, au début de novembre.

Cette sentence conclut un chapitre de cette histoire aux nombreux rebondissements.

En août dernier, la juge avait refusé de se récuser, à la demande de la Couronne.

Plus tard, la magistrate a ordonné la tenue d’un nouveau procès dans le dossier d’homicide de Mme Trottier, puisque la Couronne avait déposé deux preuves contradictoires sur le récit des événements ayant conduit à la mort du couple.

Cette affaire est suivie de près par les familles de l’accusé et des victimes, présentes depuis le début dans les salles, où se déroulent les audiences.