Guillaume Carle, lors d'une réunion au sujet des inondations en 2017 en Outaouais.

Guillaume Carle accusé d’agression sexuelle sur une personne mineure

Le Gatinois Guillaume Carle, Grand chef autoproclamé de la Confédération des peuples autochtones du Canada (CPAC), doit comparaître la semaine prochaine pour agression sexuelle sur une personne d’âge mineur.

Les faits reprochés remontent à la fin des années 1980, dans le secteur Aylmer.

La police de Gatineau aurait procédé à l’interrogatoire de M. Carle, 59 ans, en juin dernier. L’individu a été relâché en attendant les conclusions de l’enquête.

La plainte au Directeur des poursuites criminelles et pénales a été autorisée officiellement le 11 septembre dernier.

Selon l’acte d’accusation, les faits allégués se sont produits à la fin des années 1980, alors que M. Carle avait 27 ou 28 ans.

Ces contacts sexuels se seraient produits sur un enfant de 12 ans, entre 1988 et 1989. Un autre chef d’agression sexuelle a aussi été déposé.

Guillaume Carle doit se présenter au palais de justice de Gatineau mercredi prochain pour répondre à trois chefs d’accusation, soit contact sexuel sur une personne de moins de 14 ans, incitation à des contacts sexuels sur une personne mineure et agression sexuelle.

Pour le moment, M. Carle est présumé innocent dans cette affaire.

Toujours selon l’acte d’accusation, Guillaume Carle a « entre le 1er mars 1988 et le 30 avril 1989, à des fins d’ordre sexuel, invité engagé ou incité (la victime) à toucher un tiers ».

Selon le libellé de la deuxième accusation, M. Carle a, dans la même période, touché une partie du corps (de la victime) âgée de moins de 14 ans.

La troisième accusation, qui se déroule dans la même période, indique que M. Carle a agressé sexuellement la même victime « avec la participation d’une autre personne ».

La victime alléguée a aujourd’hui 43 ans.