Un camion a été vandalisé au Gîte Ami vendredi.

Gîte Ami: après l'incendie, des actes de vandalisme

Une autre tuile est tombée sur la tête du Gîte Ami au cours de la nuit de jeudi à vendredi. L’organisme a été la cible de deux actes de vandalisme.

Selon la directrice générale du refuge pour sans-abri, Lise Paradis, une camionnette stationnée près du Gîte a été vandalisée, alors que le contenu d’une benne à déchets qui devait être vidé ce matin a été répandu sur le terrain du 85, rue Morin.

« Ça fait deux cerises sur mon sundae », ironise Mme Paradis qui a trimé dur depuis l’incendie du Gîte Ami la soirée de la veille du jour de l’An.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a d’ailleurs confirmé l’arrestation d’un individu en lien avec cette histoire de vandalisme « pour des méfaits de moins de 5000 $ sur un véhicule au Gîte Ami ».

À LIRE AUSSI: Gatineau offre un local temporaire au Gîte Ami

« L’individu a été libéré par procédé de sommation, indique l’agente Renée-Anne St-Amant. Le dossier a été envoyé au procureur de la Couronne, qui décidera si le dossier procède, ou non, à la Cour. »

Par ailleurs, Lise Paradis soutient avoir obtenu davantage d’information concernant la cause potentielle du sinistre du 31 décembre. Une fête improvisée se serait produite derrière le bâtiment au moment des faits.

Des déchets ont été éparpillés sur le terrain du Gîte Ami.

« Je n’ai pas d’information des policiers. Par contre, ce que les intervenants m’ont dit, c’est que quelqu’un aurait allumé un feu de joie pour célébrer le jour de l’An et que ç’a mal tourné. Avec les caméras, on ne voit pas c’est qui, soutient Mme Paradis. Je ne pense pas qu’on l’ait fait volontairement. »

Le SPVG n’a toujours pas de mise à jour à partager au sujet de l’enquête sur ce brasier.

« L’enquête est toujours en cours », précise-t-on.

Rappelons que le Gîte Ami a été forcé de déménager ses services de jour à la Soupe populaire de Hull, alors que des lits ont été installés au centre communautaire Fontaine pour offrir un endroit chaud où dormir aux itinérants du Vieux-Hull.

Avec Julien Coderre, Le Droit